Actualité

Bénin : à Yayi, répliquent 05 proches de Talon, des clarifications sur l’actualité

L’investigateur 29/12/2020 à 08:20

Un collectif de cadres, autorités et responsables à divers niveaux issus de différentes formations politiques ayant en commun la sauvegarde et la défense des acquis de la Rupture, a organisé dans la matinée de ce lundi 28 décembre 2020 au Bénin Royal Hôtel de Cotonou, une conférence de presse sous la bannière « LE PRIX DE LA LIBERTÉ…Nous n’avons pas le droit d’oublier. »

Le but de cette rencontre avec les médias qui fait suite aux descentes sur le terrain de l’ancien président de la République Thomas Boni YAYI qui décidément, « ne fait pas honneur à la place qu’il occupe », est de donner le son de cloche des soutiens de la mouvance, face à certaines dérives verbales savamment orchestrées par lui et ses thuriféraires, qui ruminent difficilement leur échec de dix années d’une gestion en dent de scie, parsemée de scandales.

Lire aussi : Dossou  : l’avocat et ex-collaborateur de Yayi répond avec ironie à Talon

Il faut parler, autrement, demain, il sera dit que c’est parce qu’en face, il n’y avait personne. Il faut parler afin que la mémoire ne s’éteigne. Il faut parler pour rafraîchir la mémoire à des gens qui, il y avait encore peu, étaient champions en violations de droits humains et qui, miracles ou déni de l’histoire pourtant si récente, se posent en donneurs de leçons.

Et pour faire face, le présidium était à la hauteur de l’affront. Tour à tour donc, Orden Alladatin, Séraphin Agbahoungbata, Urbain Amègbédji, Clotaire Oilihidé et Gaston Zossou, tous victimes des excès du régime défunt. Ils en ont profité d’ailleurs pour rappeler à l’ancien président Boni Yayi, ses égarements d’hier.

Lire aussi : Commune de Ouidah  : les hors-la-loi pris dans l’étau de l’opération coup de poing

Plus est, ils ont balayé du revers de la main, les accusations des pourfendeurs de la Rupture qui, impuissants devant les résultats éclatants du premier mandat du Président Patrice TALON, ont-ils dit, choisissent d’intoxiquer, de jeter de l’opprobre sur tout un pays, avec des récriminations qui vont de supposées « atteintes à la démocratie » aux « menaces sur la paix » abondamment distillées sur divers canaux.

Des accusations qui ne riment à rien, notamment les réalités que vit le citoyen au quotidien. Il est désormais clair, et le ton vient d’être donné, la Rupture fera face et de belle manière.
Yves Dakoudi



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook