Présidentielle 2021

Bénin, dix ONG plaident pour le déverrouillage de l’élection présidentielle de 2021

Bénédicte BANKOLE 5/09/2020 à 13:06

Dix (10) Organisations Non Gouvernementales (ONG) réunies au sein d’un mouvement dénommé "Laissez-moi choisir", demandent la suppression du parrainage avant les présidentielles de 2021 au Bénin.

Il s’agit : de l’Amnesty International Bénin, des Associations des blogueurs du Bénin, de la Plateforme des acteurs de la société civile au Bénin (PASCIB), de Social Watch, de WANEP-Bénin, de Rifonga-Bénin, de DHPD-ONG, Changement social Bénin, de WILDAF Bénin et de SOS Civisme. Ce mouvement a été lancé le vendredi 04 septembre 2020 à Cotonou. L’objectif visé est de plaider pour l’ouverture des prochaines joutes électorales à tous les partis politiques. Ces dix organisations de la société civiles estiment qu’à l’étape actuelle " (...) les béninois qui ont l’ambition de la gestion des affaires publiques au niveau suprême et qui voudraient se porter candidats à l’élection présidentielle de 2021", ne peuvent pas recevoir les parrainages imposés dans le code électoral.

Lire aussi : Tchaourou  : l’ancien président Boni Yayi offre une moto à Sakina Harouna

En effet le code électoral de novembre 2019 au Bénin en son article 132 alinéa 9 stipule que les candidats aux élections présidentielles doivent être parrainés par un nombre de députés et/ ou de maires correspondant à au moins 10% de l’ensemble des députés et des maires. Selon le mouvement "Laissez-moi choisir, ces conditions de parrainage sont essentiellement crisogènes et peuvent être déclencheurs de violences lors des présidentielles de 2021. Pour ces raisons, les dix organisations recommandent donc au président Patrice Talon et à l’actuelle Assemblée de sauter ce verrou de parrainage qui ne rend pas les prochaines présidentielles inclusives et apaisées.

Lire aussi : Porto-Novo  : aucun agent n’a été licencié chez le maire Charlemagne Yankoty, selon un communiqué

A court terme, elles demandent la suppression pure et simple du système de parrainage et l’ouverture du scrutin à tous les Béninois, capables et ayant de l’ambition pour leur pays. A long terme ces organisations recommandent la revue des réformes politiques de manière inclusive avec l’implication de toutes les parties prenantes (partis politiques de la mouvance et de l’opposition, société civile, universitaire), et le retrait au ministère de l’intérieur, de la validation de la création des partis politiques. En outre, le mouvement a fait remarquer que le Bénin n’a pas encore dépasser le délai de six mois imposé par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) avant toute révision de normes électorales.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook