Médias

Bénin : « l’exercice de la profession de journalisme est à la croisée des chemins », selon l’Upmb

L’investigateur 3/05/2020 à 10:36

Ce dimanche 03 mai 2020, les professionnels des médias béninois célèbrent comme leurs confrères d’ailleurs, la journée mondiale de la liberté de la presse. Occasion choisie par l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (UPMB), à travers sa présidente Zakiatou Latoundji, pour tirer la sonnette d’alarme.

C’est dans un contexte particulier, marqué par la crise du Covid-19 que les professionnels des médias béninois célèbrent la 27ème édition de la journée mondiale de la liberté de la presse. Dans sa déclaration, la président de l’UPMB, Zakiatou Latoundji l’a martelé. Pour elle, les effets de cette pandémie ont imposé une célébration particulière à ses pairs. Alors qu’il s’agit d’un moment de communion et de renforcement de la confraternité entre les acteurs des médias à travers l’organisation de manifestations éclatées sur toute l’étendue du territoire national. Célébrée sous un thème évocateur, « le journalisme sans crainte ni complaisance », elle dira compte tenu de l’état de la presse au Bénin que les indicateurs sont au rouge. Le récent classement de Reporters Sans Frontières (RSF) dans lequel le Bénin est logé à la 113ème place en témoigne. Plus loin, elle dira que « la situation de la liberté de la presse au Bénin (…) suscite de vives inquiétudes de la part de l’UPMB et les partenaires des médias qui assistent, presque impuissants, à la restriction continue des espaces de liberté, à la mise sous coupe réglée de la presse dans toutes ses composantes alors qu’on lui reconnait la fonction sociale « d’exercer un contre-pouvoir ». « Les interpellations et condamnations de journalistes dans l’exercice de leur profession sous le motif de violation de la Loi N°2017-20 portant Code du numérique en République du Bénin. Les cas Ignace SOSSOU et Casimir KPEDJO faisant encore la UNE de la presse nationale et internationale », illustrent ses propos.

Lire aussi : Covid-19-Boni Yayi  : des détails sur le confinement de l’ancien président

En effet, il s’agit d’une loi sur le numérique, véritable épouvantail qui inquiète désormais les professionnels des médias dans l’exercice de leurs fonctions. La fermeture de certains médias, en l’occurrence la radio soleil FM le 17 décembre 2019 fera dire à la présidente de l’UPMB que la mise au chômage de nombreux professionnels des médias, précédemment employés dans cette maison vient à en rajouter aux problèmes rencontrés par les journalistes qui n’ont jamais jouit de la convention collective.
Pour finir, elle emboîte le pas au Secrétaire Général de l’ONU, Monsieur Antonio GUTERRES qui a reconnu que « le journalisme subit aujourd’hui de nombreuses pressions de la part d’acteurs qui tentent de s’accaparer ou d’intimider des médias afin d’entraver les journalistes dans leur travail quotidien et, ce faisant, d’influencer la circulation de l’information ».
Mais le salut admet-elle, viendra du Fonds d’Appui au Développement des Médias (FADEM) qui peine pour l’instant à combler les attentes des bénéficiaires que sont les journalistes.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook