Actualité

Bénin : le député Agonkan condamne la démarche gréviste des aspirants, mais plaide en leur faveur

L’investigateur 15/12/2021 à 07:34

C’est à la faveur d’une séance de plénière, tenue ce jeudi 9 décembre au parlement que l’Assemblée Nationale a voté la loi N°2021-016 portant loi de finances pour la gestion 2022. Un projet de budget de l’Etat gestion 2022 qui s’évalue à 2541,203 milliards FCFA. Ce fut l’occasion pour le député Gildas Agonka de condamner la démarche gréviste des aspirants, avant de plaider en leur faveur.

« C’est une logique de prouesse ». Ce sont les premiers mots du député Gildas Agonkan après le vote du budget par l’Assemblée nationale. Pour lui, c’est la preuve d’une détermination du gouvernement à aller au bout, à impacter les populations. Selon ses propos, le budget actuel s’est fait dans un contexte de prouesses. « Certains détracteurs nous considéraient à tort comme des emprunteurs attitrés, invétérés. Notre pays vient de démonter qu’il est un payeur rigoureux. Nous sommes des payeurs rigoureux. Cela montre avec élégance que lorsqu’on travaille dans le sens de la social-démocratie, en lien avec des idées du progressiste, on vient à bout » -t-il déclaré.
S’agissant du récent mouvement d’humeur des aspirants grévistes, il a condamné leur démarche.
A l’en croire, les aspirants au métier d’enseignement ont opté pour une mauvaise méthode, « une grève en déphasage avec le contrat que eux - mêmes ils ont signé » a-t-il rappelé.

| Lire aussi : Kemi Seba : le béninois distingué aux Panafrican Awards mais..., voire les détails

| Lire aussi : Bénin : Talon reçoit l’évêque Dieudonné Datonou au palais de la Marina

Néanmoins, il demande au président de faire fi de ces agissements et d’analyser le fin fond de leur demande « Regardons le contenu, regardons le réel de leur demande. Et si dans la mobilisation de nos ressources nous avons la possibilité d’avoir des rallonges, le groupe progressiste souhaite qu’on regarde dedans pour eux », a ajouté l’honorable Gildas Agonkan qui demande au président de voir dans la mesure du possible, ce qui est faisable par rapport à leurs revendications.
« Monsieur le Président, pour un gouvernement ce n’est pas élaborer le budget qui est le plus important. Pour le gouvernement c’est la capacité à mettre en œuvre le budget » a fini par conclure l’élu du peuple.

Pour rappel, les travaux budgétaires au titre de la deuxième session ordinaire de l’année 2021 du parlement ont démarré le 3 novembre dernier et ont pris fin le jeudi 9 décembre 2021.

Maurelle Hessou




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer





Dernières publications





Facebook