BECEAO

Bénin, le gouvernement met fin au refus des billets supposés froissés ou pièces altérées

L’investigateur 3/09/2020 à 20:52

Par le biais d’un communiqué signé du ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni, le gouvernement met en garde contre le refus des billets de banque supposés froissés ou des pièces altérées. « Je tiens à rassurer les populations que les pièces de monnaie lisses, ayant perdu leur éclat ou mutilées et les billets de banque froissés émis par la BCEAO ont toujours cours légal et pouvoir libératoire sur toute l’étendue du territoire national et dans tous les pays de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). Ils ne peuvent donc pas être refusés dans le cadre des transactions économiques », indique le communiqué. Ceci viendra sans doute dissuader ceux qui continuent de refuser les pièces ou billet de banque sous prétexte que ce n’est plus utilisable.


COMMUNIQUÉS

Lire aussi : Bénin  : intégralité de la déclaration des membres du bureau politique FCBE

Il m’est revenu le constat de la recrudescence du phénomène de rejet de pièces de monnaie et billets de banque émis par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), au motif que les pièces de monnaie sont altérées, lisses, auraient perdu leur éclat ou que les billets de banque sont froissés et ne seraient plus valables.

Cette situation a entraîné des incidents dans plusieurs localités où des transactions entre agents économiques n’ont pas pu se dénouer.

Je tiens à rassurer les populations que les pièces de monnaie lisses, ayant perdu leur éclat ou mutilées et les billets de banque froissés émis par la BCEAO ont toujours cours légal et pouvoir libératoire sur toute l’étendue du territoire national et dans tous les pays de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). Ils ne peuvent donc pas être refusés dans le cadre des transactions économiques.

Lire aussi : CPI  : lBensouda reçoit le soutien de l’Union Européenne face à la menace des Etats-Unis

Je rappelle aux populations détenant des pièces de monnaie mutilées ou devenues lisses, ainsi que les billets de banque froissés par l’usage, qu’elles peuvent procéder à leur échange gratuitement aux guichets de la BCEAO.

En tout état de cause, le refus de recevoir la monnaie ayant cours légal dans un Etat membre de l’UMOA est puni par les textes en vigueur.

Cotonou le 03 septembre 2020

Le ministre de l’Economie et des Finances

Romuald WADAGNI




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook