Monde

CPI : Bensouda reçoit le soutien de l’Union Européenne face à la menace des Etats-Unis

L’investigateur 3/09/2020 à 16:42

Désormais, la gambienne, Fatou Bensouda Procureure de la Cour pénale internationale peut compter avec l’Union européenne (UE), dans le bras de fer qui l’oppose à l’administration Trump.

L’administration Trump a annoncé des sanctions à l’endroit de Fatou Bensouda, Procureure de la Cour pénale internationale. En cause, l’enquête du Bureau du procureur sur les actes des soldats américains. Ce qui a réveillé une tension entre la gambienne, ses collaborateurs et les Américains. Mais devant la menace brandie par les Etats-Unis, l’Union Européenne a apporté son soutien à Fatou Bensouda. La preuve, elle s’est prononcée par le biais d’une conférence de presse ce jeudi.

Lire aussi : Mali  : l’ancien président Ibrahim Boubacar Kéita victime d’un AVC

Au créneau, Peter Stano, porte-parole de l’institution basée à Bruxelles a affirmé que, « l’UE est fermement opposée à toutes les tentatives de saper le système international de justice pénale en entravant la tâche de ses principales institutions ». « La CPI est l’un des acteurs clefs pour lutter contre l’impunité, nous nous tenons au côté de la CPI et ne sommes pas contents des mesures prises contre ses activités », a-t-il déclaré.
Mais auparavant, la CPI elle-même a réagi face à la menace américaine, condamnant les sanctions annoncées par Mike Pompéo, Secrétaire d’Etat américain. « La Cour pénale internationale condamne les sanctions économiques imposées plus tôt dans la journée par les États-Unis à l’encontre du Procureur de la Cour et d’un membre de son Bureau », explique un communiqué dont les médias ont eu copie.

Lire aussi : Bénin  : Fcbe, Hounkpè et Cie font 03 recommandations pour une présidentielle crédible

A en croire la CPI, « Les nouvelles mesures annoncées conformément au décret exécutif des États-Unis 13928 du 11 juin 2020, constituent une nouvelle tentative d’interférer avec l’indépendance de la justice et des poursuites de la Cour et son travail crucial pour lutter contre les crimes graves qui touchent la communauté internationale, conformément au Statut de Rome de la CPI », rapporte Afrik7.
Rappelons que plusieurs organisations dont Amnesty International ont critiqué la décision des Etats-Unis.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook