Actualité

Bénin, les doléances des aspirants en sit-in hier au ministère de Kakpo Mahoungnon

L’investigateur 18/11/2020 à 10:24

Les aspirants au métier d’enseignant (AME), laissés sur le carreau après le redéploiement de l’année académique en cours, crient leur ras-le-bol. Hier, ils étaient en sit-in au ministère des enseignements secondaire technique et de la formation professionnelle.

En effet, il s’était agi d’un sit-in organisé dans l’intention de se faire entendre. Selon leur porte-parole Christian Hadjagoun, non seulement les manifestants étaient admis au concours d’AME, mieux ils étaient déployés l’année dernière. Mais le hic pour ces enseignants de sciences physiques et chimie, des mathématiques, des sciences de la vie et de la terre, ils n’ont pas été pris en compte cette année.

Lire aussi : Bénin  : la diaspora Usl réagit au verdict de la Cour suprême dans « affaire redressement fiscal » pour Ajavon

A cause de ce qu’ils appellent « un oubli », ils exigent désormais une prise en compte des engagements pris par le chef de l’Etat, Patrice Talon devant les secrétaires généraux des centrales syndicales à ce sujet.

En outre, dans leur motion, ils invitent le ministre des enseignements secondaire technique et de la formation professionnelle à surseoir au projet de retrait des 2000 enseignants concernés de la base de données ; ramener le quota horaire à 20 ou 22 heures ; à organiser avec l’approbation de l’Etat, un concours de recrutement dans la fonction publique au lieu d’utiliser les terminologies « prestataires de services, aspirants, pré-insérés » dont la motivation consisterait à maintenir les aspirants au métier d’enseignant dans la précarité.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook