Actualité

Bénin : un député accusé d’agression sexuelle sur sa secrétaire, son camp s'en défend

L’investigateur 30/10/2022 à 02:39

On pouvait penser à un montage du fait de l’imminence des élections législatives de janvier prochain. Mais dans un audio devenu viral sur la toile et dans lequel un député de la 8è législature est accusé d’agression s3xuelle sur sa secrétaire, l’intéressée (NDLR la secrétaire) s’est exprimée tout comme son mari. La scène aurait eu lieu de la commune de Sèmè-Podji.

Selon l’audio, la scène d’agression s3xuelle se serait déroulée dans la journée du 26 septembre 2022 dans la commune de Sèmè-Podji, au domicile du député. A en croire les propos de la dame, ex secrétaire du député H. H., tout serait passé au domicile de son ancien patron pendant qu’il n’y avait personne.

« Je suis allée faire part à mon patron (le député) des dépenses liées au fonctionnement du siège du parti dans l’arrondissement concerné et dont l’honorable assure les charges liées aux dépenses quand il m’a vi0lée », a commencé à relater la dame. Poursuivant, elle explique que le jour où cela s’est passé, un inconnu est venu rencontrer le député qui a opposé un refus. « L’inconnu a toqué à la porte mais il a refusé d’ouvrir. On en était là quand il m’a demandé de lui prendre quelque chose sur sa table. Le temps d’y aller, il m’a serrée. J’ai essayé de me débattre mais en vain. Il m’a ôtée la robe, enlevé mon collant et mettre de côté mon slip avant de me pénétrer contre mon gré. J’ai essayé de me défendre mais à bout de souffle, il m’a pénétré. Ne voulant pas, je l’ai griffé par la suite. J’ai pressuré ses testicules, mais c’est à croire que je n’étais plus en face d’un humain parce qu’il n’a pas réagi comme quelqu’un qui a eu mal dès lors que j’ai saisi ses testicules. C’est à croire qu’un esprit qui a incarné son corps vu ses agissements au cours de l’acte qui s’est déroulé sans mon consentement ».
En effet, en dehors de la dame, son époux quant à lui, a avoué avoir alerté un proche du député, son supplément qui plus est, des jours après avoir été mis au courant, et ce dernier a voulu acheter son silence contre 600 000 FCFA. Par la suite, a déclaré le mari, au cours d’une rencontre initiée en présence du député qui est une vieille connaissance ou comme un père pour lui, il dit avoir remis les sous (600 000 FCFA). Arguant du fait qu’il a dans un premier temps pris les sous contre décharge comme preuve à conviction. Pasteur de son état, l’époux de la dame dit avoir été menacé, mais il a laissé entendre qu’une plainte a été déposée contre le député.
Rappelons qu’un communiqué est diffusé sur les réseaux sociaux dès lors que l’affaire a ébruité et dans lequel les proches du députés nient les faits. Pour eux, il s’agit d’un montage car, le député au cours de la période citée serait en session au parlement de la CEDEAO à Lomé.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook