Bénin

Bohicon, des tradipraticiens formés sur les infractions contenues dans le nouveau code pénal

L’investigateur 8/11/2020 à 17:07

Des garants de la tradition au Bénin, sont désormais mieux outillés pour éviter le piège de la tôle dans leurs pratiques courantes. C’est du moins ce qu’il convient de retenir à l’issue de l’atelier de formation auquel ils ont pris part, ce samedi 07 Novembre 2020 à Bohicon.

Initié par le Syndicat National de Défense des Intérêts des Tradipraticiens et Culte du Bénin (SYNDI TPC/BENIN), ce rendez-vous d’échanges a permis aux participants de s’enquérir des infractions contenues dans le nouveau code pénal, adopté et mis en vigueur en 2018. Venus de différentes régions à cet atelier, ils ont pu s’enquérir des faits répréhensibles auxquels ils s’exposent dans leurs différentes interventions, soit dans le domaine de la guérison ou d’autres pratiques cultuelles.
Quatre du secteur de la justice ont été sollicités à cet effet pour renforcer les capacités des participants à l’atelier.

Lire aussi : Etats-Unis : Trump battu, Joe Biden devient le 46ème président de la première puissance mondiale

A cette occasion, les différentes communications ont trait aux infractions inhérentes à leur corporation. Il s’agit entre autres des pratiques de charlatanisme, de sorcellerie, de magie, d’escroquerie, d’empoisonnement, de séquestration et du viol etc... Les éléments constitutifs desdites infractions leur ont été expliqués de même que les peines y afférentes. Le second pan de cet atelier s’est penché sur les différents contours d’une poursuite judiciaire. Selon Claude Dieudonné MONTCHO, procureur général de la cour d’appel de Parakou, « une chose est de constater les infractions, et l’autre est d’organiser leurs poursuites. Ce volet a donc été abordé, afin de savoir les moyens par lesquels l’action publique peut être exercée », a-t-il précisé.

Ainsi les participants ont été sensibilisés sur les réflexes à avoir pour sauvegarder leurs droits en cas de poursuite. Là-dessus, l’accent a été mis sur la nécessité pour eux de se faire assister d’un avocat, de savoir comment présenter les plaintes et de mieux s’organiser pour assainir leur corporation.

Lire aussi : Bénin : Talon, un nouveau parti vient d’être créé ce samedi pour assurer sa réélection en 2021

« C’est un grand pas que nous, chefs coutumiers, venons de franchir. J’ai souvent été blessé dans mon amour propre chaque fois que j’apprends qu’un des nôtres est tombé sous le coup de la loi. C’est donc pour en finir définitivement avec cet état de chose qui ne nous honore guère, que j’ai sollicité l’expertise des acteurs de la justice, à l’effet de venir nous entretenir sur le nouveau code pénal, et les faits répréhensibles que nous commettons dans nos pratiques courantes », a déclaré dah SOGBE, SGN/SYNDI TPC BENIN.

Rappelons que chaque participant a reçu une attestation de participation au terme de la formation.
Par Raphaël SOUHIN Zou-Collines



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook