Bénin

CRIET : le maire de Bantè chez le procureur spécial demain, le gouvernement en parle

L’investigateur 25/03/2021 à 17:45

La convocation du maire de la commune de Bantè, Edmon Babalèkon est l’un des sujets qui ont agité l’actualité nationale cette semaine. Profitant du conseil des ministres du mercredi 24 mars, le ministre de la communication de la poste et porte-parole du gouvernement, Alain Orounla a abordé le sujet.

Lire aussi : Bembèrèkè  : une mère de 04 enfants se donne la mort par pendaison

La convocation de Edmond Babalèkon, maire de la commune de Bantè à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) est au cœur de l’actualité. A propos, les interprétations divergent et dans le camp de l’opposition en particulier, on estime qu’il s’agit d’une répression de plus.

Mais à en croire le ministre Alain Orounla, ce n’est pas de cela qu’il s’agit.
« La personne dont on dit qu’elle est invitée, quand je vous entend parler du maire, je ne pense pas qu’elle soit recherchée pour des fautes commises à l’occasion de ses fonctions. C’est peut-être quelqu’un qui détient des informations qu’il serait utile de partager avec les autorités judiciaires afin de se faire une opinion sur le dossier qui a été ouvert auprès de cette institution », a déclaré le ministre Alain Orounla. De son point de vue, il y a beaucoup plus de spéculations autour de cette convocation qu’il n’en fallait.

Lire aussi : Ajavon  : le gouvernement se penche sur son retour et les autres exilés

C’est pourquoi il invite donc les uns et les autres à faire preuve de retenu. « Les uns et les autres à faire économie de spéculations et à savoir qu’une invitation, une convocation ne se solde pas par la peine de mort, qui n’existe pas dans notre pays ; on peut aller et revenir librement, pourvu qu’on n’a rien à se reprocher et qu’on collabore à la manifestation de la vérité », estime le porte-parole.
Rappelons que la convocation du maire par Mario Mètonou, procureur spécial de la CRIET a généré des tensions dans la commune de Bantè, le vendredi 19 mars dernier lorsque les éléments de la police républicaine s’étaient rendus à la mairie pour lui remettre la convocation. Au terme des échauffourées, on a dénombré 02 blessés dans le rang des policiers, a déclaré le maire Edmond Babalèkon, reçu sur une radio de la place.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook