Afrique

Côte d'Ivoire : Yodé et Siro en difficulté à la gendarmerie après leur convocation

L’investigateur 3/12/2020 à 12:06

Deux artistes, Yodé et Siro ont passé leur première nuit à la brigade de recherches d’Abidjan. Ils vont répondre de leur chanson dans laquelle ils ont égratigné les caciques du pouvoir Ouattara dont le procureur de la République.

Les chanteurs zouglou, Yodé et Siro, ont été au cœur d’une vive polémique après la sortie fracassante de leur nouvel album intitulé ’’Héritage’’, le 3 juillet 2020. Un album dans lequel ils sont sans pitié pour le régime du président Ouattara.

Ayant déjà critiqué les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo dans des précédents albums, les chanteurs ont dédié une chanson au Président Alassane Ouattara et à son gouvernement.

Lire aussi : Barça  : une amende de 3000 euros pour l’hommage de Messi à Maradona en plein match

« On dit qu’il n’y a pas d’argent au pays et tu dis que l’argent travaille. Mais l’argent, ça travaille pour qui ? ... Plus de 60 ethnies dans notre pays, tu vas du rez-de-chaussée jusqu’au dernier étage, du gardien au directeur, ce sont les Bakayoko ou bien les Coulibaly seulement qui mangent... Le pays est endetté. Payez vos crédits avant de partir. On ne se réconcilie pas en mettant les gens en prison. Le pays a besoin de tous ses enfants pour la vraie réconciliation. Pourquoi tant de souffrance avec 2% de chômeurs et bientôt une croissance à deux chiffres ». Telles sont les paroles de la chanson à succès « On dit quoi » de Yodé et Siro.

Quelques mois après la sortie de cet album, les chanteurs sont à nouveau revenus à la charge, en critiquant très sévèrement le procureur de la République, Adou Richard. A l’occasion d’un spectacle qui a eu lieu, dimanche dernier à Yopougon, Yodé et Siro se sont exprimés sur les violences qui ont émaillé la présidentielle d’octobre 2020, et qui ont occasionné plusieurs morts.

Lire aussi : Afrique : « Ouattara est admis dans un hôpital militaire en France », selon l’ancien DG Rfi

« C’est quel pays ça ? Allez dire au procureur Adou Richard qu’un mort, c’est un mort. On ne passe pas son temps à chercher les petits Baoulés dans les villages pendant que les gens sont ici avec des marchettes et ils sont bien identifiés », a laissé entendre Siro. Des propos qui ont aussitôt suscité de chaudes discussions sur la toile.

Convoqués pour ce mercredi 2 décembre, ils se sont présentés pour être auditionnés. Ils ont été gardés pour la suite de l’enquête.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook