Bénin

Covid-19 au Bénin : « le centre d’Allada reçoit 10 à 12 cas graves par jour », alerte un responsable de la santé

L’investigateur 11/08/2021 à 15:49

La crise sanitaire liée au covid-19 au Bénin devient très inquiétante. C’est ce que l’on retient du Directeur national de la médecine hospitalière, Dr Ange Dodji Dossou sur la télévision nationale ce mardi 10 août 2021, rapporte Matin Libre.

Le nombre sans cessse de malades présentant des formes graves admis dans les centres de prise en charge, notamment celui d’Allada devient croissant. Selon le Directeur national de la médecine hospitalière Dr Ange Dodji Dossou, il y a des raisons de craindre le pire face au rythme de plus en plus accéléré d’admission dans les centres de prise en charge. « Il est important à l’heure actuelle, que nos concitoyens sachent que nous sommes en train de passer des heures très difficiles, le rythme d’admission commence par s’accélérer, la situation devient très critique, elle est préoccupante et très inquiétante, tout clignote rouge sur notre tableau de bord », s’est-il alarmé.

| Lire aussi : Abomey-Calavi : un jeune retrouvé mort sur un site de dragage du sable

Il informe que pendant les 9 premiers jours du mois d’août, sur les 2600 tests réalisés, pratiquement 170 sont positifs. Pire, le centre de traitement d’Allada reçoit environ 10 à 12 cas graves par jour. Contrairement à ce qui est observé au cours des premières vagues, où les sujets étaient pour la plupart des adultes ou ayant des comorbidités de diabète, de tension ou de drépanocytoses, il est à noter une forte contamination des jeunes de 29, 33, 39ans non porteurs d’aucune comorbidité, a déploré le Dr Ange Dodji Dossou. A l’en croire, les cas graves sont légion avec l’obligation de l’usage de respirateurs. Ce qui induit une forte concentration d’oxygène, dont l’usage avoisine les 200 bouteilles par jour.

| Lire aussi : Football-transfert : Neymar réagit à l’arrivée de Lionel Messi au PSG

‘’Toutes nos équipes sont suffoquées, l’alerte est maximale au niveau de tous les centres de prise en charge’’, a-t-il déclaré. Le docteur a évoqué aussi la négligence des béninois et le refus de se faire vacciner. ‘’Il y a plusieurs facteurs, mais le premier c’est d’abord cette négligence, nous avons tous baissé la garde, la vaccination est disponible, mais les gens refusent de se faire vacciner. Sur la cinquantaine de cas graves hospitalisés à Allada, aucun n’est vacciné. Même des agents de santé notamment des médecins, des professeurs de médecine, des sages-femmes, des infirmières et des aides-soignants sont hospitalisés et sont en détresse respiratoire à Allada. Si la tendance est maintenue, il est à craindre la sélection des malades, pour en en abandonner d’autres à la mort, comme observée sous d’autres cieux’’, a-t-il déploré. Le directeur s’inquiète par la même occasion, de la résurgence de cas graves parmi les femmes enceintes.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook