Bénin

Département de l’Ouémé : 518 cas de grossesses précoces en milieu scolaire en 12 mois

L’investigateur 17/10/2020 à 09:55

Les cas de grossesse précoces font partie des handicapes qui entravent l’évolution des filles dans le département de l’Ouémé. C’est qu’a laissé entendre le secrétaire général de la préfecture de Porto-Novo, Jean-Baptiste Akpamagbo, mardi dernier.

En effet, il s’agit d’une affirmation faite par le secrétaire général de la préfecture de Porto-Novo, Jean-Baptiste Akpamagbo au cours de la célébration de la 9ème édition de la journée internationale des filles, rapporte ABP.

Profitant de l’occasion et en fonction des données, le secrétaire général de la préfecture du département de l’Ouémé a peint un tableau moins reluisant de la situation de ces filles.

Lire aussi : Présidentielle 2021 : un candidat s’annonce avec un projet de société cocasse, le REBAF

Comme maux, il a évoqué chiffres à l’appui, 518 cas de grossesses précoces en milieu scolaire entre 2018-2019, 335 cas d’enlèvement de filles mineures, 207 cas de mariage précoce et forcé, 116 cas d’exploitation économique des filles, 68 cas d’abus sexuels et 56 cas de harcèlement sexuel.

Toutes ces entraves à leur évolution deviennent monnaie courante en dépit des efforts effectués. Mais compte tenu de l’ampleur que prennent ces fléaux qui handicapent leur évolution, des actions ont été intensifiées, ceci dans la perspective d’aboutir à la tolérance zéro pour violences faite aux filles. C’est pour cela qu’il demande instamment le concours des élus locaux et autorités politico administratives afin qu’ils se joignent à la lutte.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook