Côte d’Ivoire

Dialogue national : les erreurs de l’opposition ivoirienne, selon le parti de Soro

L’investigateur 30/12/2020 à 17:27

Pour Mamadou Traoré, cadre de GPS, le processus de l’organisation des législatives ira à son terme quelque soit la position des partis de l’opposition politique, a-t-il fait remarquer.

« Depuis longtemps nous membres de GPS, on n’a pas manqué d’exprimer notre désapprobation de ce dialogue. Pour nous, ces discussions ont été entamées sans respecter certains préalables. Nous avons dit que pour qu’il y ait dialogue il faut qu’il soit mis sur la table la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI). Nous avons aussi demandé l’audit de la liste électorale et le découpage électoral, de même que les prisonniers politiques soient libérés et que les sanctions prises contre certains leaders soient levées », a fait savoir à 7info.ci le collaborateur de Guillaume Soro.

Lire aussi : Célébrité-Mali : Sidiki Diabaté a payé une énorme caution pour recouvrer sa liberté

En ce qui concerne le processus de mise en place dudit dialogue, le Premier ministre Hamed Bakayoko sur instructions du chef de l’Etat, Alassane Ouattara a échangé avec plus d’une dizaine de formations politiques dont le PDCI et le FPI, pendant deux semaines.

Or, pour Mamadou Traoré, il fallait des préalables avant la participation des partis de l’opposition à ce dialogue national. En l’occurrence après la levée des préalables sus évoqués. « Nous avons dit à nos amis de l’opposition que s’ils participent au dialogue dans les conditions actuelles, tout allait se passer dans le sens souhaité par le pouvoir. A savoir œuvrer à créer des conditions pour les préparatifs des législatives. Ce sont ces préalables que nous avons posés avant la présidentielle que nous avons boycotté par la suite. Pour nous, il n’y aurait pas de sens d’aller encore à une table de discussion sans lever ces préalables. Aujourd’hui, le gouvernement a rédigé le rapport et l’opposition s’est gardée de le signer le temps de mieux l’apprécier », in

Lire aussi : Football  : le club béninois d’Esae FC, lourdement battu en 16è de finale au Maroc

Plus loin, ce cadre de Générations et peuples solidaires (GPS) estime « que l’opposition ait signé ou pas le rapport final du dialogue politique, le pouvoir va faire ses élections législatives. Cela ne va rien changer au plan du pouvoir. La preuve, la CEI vient d’annoncer le dépôt des dossiers de candidature. Quelque soit la situation ou les tergiversations de l’opposition, le processus est en marche », conclut Mamadou Traoré.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook