Bénin

Education : un membre FCBE propose 03 alternatives aux aspirants pour combattre l’employeur

L’investigateur 2/10/2020 à 16:37

Dans un message adressé aux aspirants, contraints par l’employeur de prendre 30 heures de cours par semaine, Dr. Laurent De-Laure FATON, membre du parti Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), propose trois alternatives que voici aux aspirants pour combattre le gouvernement.

Chers frères aspirants, vous avez le choix !

Dr. Laurent De-Laure FATON

Face à la situation de travail qui est la vôtre aujourd’hui, je ne veux pas m’appitoyer sur votre sort. Je veux juste vous signaler que vous avez la possibilité de changer la situation. Vous êtes bien capables de changer ce destin funeste qui se prépare minutieusement contre vous et les générations à venir.

Lire aussi : Vol à la DGID : de nouvelles révélations de Carlos Adohouannon, une garde à vue, mais

En réalité, je suis profondément peiné et même déboussolé. Car, j’ai été enseignant vacataire dans plusieurs collèges de notre pays durant une dizaine d’années. Je connais donc très la réalité de l’enseignement et je peux sans le moindre doute affirmer que le traitement qui est le vôtre aujourd’hui est purement et simplement une pratique d’esclavage. Il faut bien comprendre de quoi il s’agit pour mieux apprécier la situation. Hier, un vacataire qui avait 30h par semaine était payé à 180.000f par mois, mais aujourd’hui pour le même travail, vous serez payés à 95.000f pour certains, à 105.000 f pour d’autres et les mieux payés sont à 125.000f par mois .

Lire aussi : Justice  : 03 cybercriminels séjournent en prison à Parakou pour escroquerie via internet

C’est bien triste et il se trouve des citoyens de ce pays qui ont le courage et les mots pour défendre cette décision tragique dans notre système éducatif et suicidaire pour notre jeunesse. C’est aussi cela, le Bénin.
Pour ma part, je veux simplement vous indiquer, entre autres, trois possibilités qui s’offrent à vous aujourd’hui.

Première possibilité : chacun refuse de prendre les heures de cours et en assume la responsabilité individuelle. Ce qui veut dire qu’il oublie cette affaire d’aspirant et va se chercher ailleurs avec la ferme conviction que l’aventure ne sera pas facile ; mais qu’il finira par se retrouver avec le temps.

Deuxième possibilité : collectivement, vous refusez de prendre les emplois de temps afin de contraindre les autorités à revoir leur copie. Cette initiative nécessitera d’énormes sacrifices de quelques-uns qui prendront le devant de la mobilisation. Sur ce chemin rien n’est gagné d’avance, car la précarité a fait perdre le sens de l’engagement et des combats citoyens à la plupart des Béninois qui sont prêts à se contenter de la misère que de se battre pour leurs droits. Beaucoup iront livrer vos stratégies et les noms des responsables à vos bourreaux contre des miettes. Mais, si vous réussissez, ne serait-ce qu’un mois, à abandonner les emplois du temps, les résultats de cette lutte seront au-delà de vos attentes. Car le système éducatif national ne peut plus fonctionner sans vous.

Lire aussi : Actualité : Bénin, un communiqué du MEF à l’endroit des pensionnés du Fonds National des Retraites

Troisième possibilité : vous subissez cette situation en prenant les emplois de temps. Vous faites les cours, malgré tout, de manière digne et professionnelle. Vous attendez donc, la présidentielle d’avril 2021 pour donner votre verdict dans les urnes. Car, le premier responsable de cette décision qui tend à vous asservir afin de mieux vous faire taire est le président de la République Patrice TALON.

A vous donc de choisir l’option qui vous arrange le mieux.

Je reste et serai toujours engagé pour notre patrie commune, le Bénin.

Abomey-Calavi, le 2 octobre 2020



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook