Bénin

Expédit Ologou : ce matin, le politologue est revenu sur les communales et l’état de la démocratie au Bénin

L’investigateur 22/05/2020 à 12:46

Reçu dans l’émission Invité Afrique de Rfi ce vendredi matin, l’ancien Directeur Général des Médias au Ministère de l’Economie numérique et de la Communication, Expédit Ologou a opiné sur l’actualité politique au Bénin. De la révision de la constitution en passant par les dernières communales, le président de Civic Academy for Africa’s Future (CIAAF), un centre de recherche sur la gouvernance et ancien collaborateur du régime en place a dit ce qu’il pense de la démocratie sous Patrice Talon.

Au micro de Carine Frenk, Expédit Ologou a abordé plusieurs sujets. En autres, la révision de la constitution, les élections communales du 17 mai dernier. Sur le premier sujet, c’est-à-dire la révision de la constitution, l’ancien présentateur, éditorialiste et analyste politique à la Radiodiffusion-Télévision publique du Bénin (ORTB) dira que le consensus n’a pas été retrouvé sur la question. Il s’est agi, a-t-il dit, d’une « révision non consensuelle et cela aggrave les relations politiques », à en croire beaucoup d’acteurs. Au-delà de la question sur la révision de la constitution, l’invité du média français dira que le score relatif au nombre de sièges raflés par les deux blocs soutenant la mouvance présidentielle UP et BR (77%) des sièges en jeu est la preuve des résultats issus de ces communales qui « aboutissent à une sorte d’exclusion d’un certain nombre de partis ». Opinant sur la qualité de la démocratie sous Patrice Talon, il dira sans porter de gants qu’« on a l’impression qu’on est en train de faire un bond en arrière avant 1990 où seuls, ont la possibilité de faire la concurrence électorale, ceux qui sont dans les partis autorisés par le régime au pouvoir ». Une période pour conclure, a-t-il déclaré, qui « questionne la qualité de la démocratie au Bénin ».



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook