Bénin

La position du PCB face à la polémique liée à l’immixtion des rois dans la politique

L’investigateur 27/08/2020 à 18:34

Dans une déclaration rendue publique ce jeudi 27 août 2020, le Parti Communiste du Bénin (PCB) prend tout le monde de court et admet que « Nos Rois et dignitaires traditionnels peuvent et doivent faire la politique ». Lire la déclaration

PARTI COMMUNISTE DU BENIN (PCB)

DECLARATION

LES ROIS ET DIGNITAIRES TRADITIONNELS ONT-ILS LE DROIT DE FAIRE LA POLITIQUE ?

Une polémique est née et est en cours. Est-il normal que les rois et dignitaires traditionnels de notre pays fassent la politique ? Cette question est intervenue actuellement avec la "suscitation" par la cour du nouveau roi d’Abomey et d’autres dignitaires traditionnels de la candidature de Patrice Talon pour un deuxième mandat.

Lire aussi : Présidentielle 2021 : Le Mouvement « Faiseurs de Roi » suscite la candidature de Gabriel Laurex Ajavon

A ce sujet, on a entendu des propos du genre : Il ne faut pas que les Rois fassent comme les "klébés" assujettis aux hommes politiques et salissent leur dignité. Et à partir de cette désapprobation, nombre d’intervenants en viennent à dire que les rois doivent rester au-dessus de la mêlée et ne pas faire la politique.
Cette position ne date pas de la période de Talon. Nombre de citoyens ont vu et désapprouvé des Rois dansant devant Yayi Boni, manifestant pour condamner le dessein de son empoisonnement par Talon, etc. Et de l’appréciation (défavorable) de positions prises par des rois et dignitaires, ils passent à la négation pour eux de faire la politique. Mais est-ce juste de nier aux rois et dignitaires traditionnels de faire la politique ?
Avant de donner une réponse, examinons ce que sont les rois et dignitaires traditionnels. Avant la colonisation, les rois, entourés des dignitaires exerçaient le pouvoir politique. C’est eux qui administraient leur territoire, donc faisaient et vivaient de la politique.

Lire aussi : FAB  : voici les conditions à remplir pour prendre part au concours de recrutementt

En tant que chefs, ils entretenaient des relations avec d’autres contrées par l’intermédiaire d’émissaires et d’ambassadeurs jusque dans les cours royales en Europe. L’agression coloniale est venue les dépouiller par les armes, de leur pouvoir, de leurs langues, de leurs religions, les nier en tant possesseurs de savoirs, etc. Les rois actuels sont les descendants de ceux dont le colon a nié le droit d’être maîtres chez eux, à qui le colon a imposé, sous peine de répression, de rester soumis à l’ordre dominant établi, ou au pire de se taire.
A l’indépendance, les nouveaux dirigeants mis en place pour gérer le pacte colonial ont maintenu cet état de fait et n’ont rien entrepris pour réhabiliter les rois et dignitaires traditionnels. Au contraire, certains, comme l’autocrate Mathieu Kérékou, est allé à des crimes de masse contre eux sous couvert de la lutte contre la féodalité et l’obscurantisme. Aujourd’hui encore, le pouvoir de Talon, ne leur reconnaît que le rôle de gardien des us et coutumes et non celui de gestionnaires de cités.

Lire aussi : Présidentielle 2021 : Le Mouvement « Faiseurs de Roi » suscite la candidature de Gabriel Laurex Ajavon

Les gouverneurs à peaux noires continuent dans le sens des gouverneurs coloniaux.
C’est dire que refuser aux rois et dignitaires de faire la politique, c’est continuer dans le sillage du colon dans la négation, au-delà de leur droit de citoyen, de leur capacité en tant que possesseurs de savoir en matière d’administration, de justice, d’organisation de la sécurité des hommes et des biens avec l’aide des dignitaires traditionnels. Leur demander de rester au-dessus de la mêlée, c’est leur demander d’afficher une indifférence face au sort réservé aux hommes dans leur terroir ; ou valider l’hypocrisie de ces grands électeurs courtisés par tous les hauts bourgeois corrompus et corrupteurs.
Les rois sont des hommes politiques, possesseurs de savoirs. Ils continuent, eux et leurs dignitaires dans leurs cours, à traiter et régler quotidiennement des litiges domaniaux, matrimoniaux, les conflits entre communautés, à prévenir et aider à régler les questions de sécurité dans les villes et cités. Ils sont les seuls capables d’aider en matière d’administration, à l’établissement d’un état civil fiable dans le pays. Et par-dessus tout, ils sont les détenteurs et dépositaires des valeurs positives de notre patrimoine culturel.

Lire aussi : Bénin : 35.000 béninois expatriés disposent de leur carte nationale d’identité biométrique

Que des Rois et dignitaires se détournent de ces valeurs, n’autorise pas à leur dénier le droit de faire la politique. Dépouillés de leur pouvoir politique, les rois et dignitaires ont perdu leur source de revenu. Mais les obligations cultuelles, culturelles et morales sont demeurées. Dans leur dénuement matériel, ils sont obligés de s’en remettre à la bienveillante générosité d’un "fils" fortuné et généralement haut-bourgeois, ou carrément et ouvertement aux dirigeants néocoloniaux. Voilà comment on peut expliquer, dans la majorité des cas, l’abaissement de leur dignité.
Que l’Etat indépendant du Bénin rompe avec le statut de serviles dans lequel le colon les a réduits, que l’Etat indépendant du Bénin les reconnaisse dans leur rôle, non pas de chefs cultuels et de gardiens des coutumes, mais de gestionnaires de cité, de juges et d’administrateurs, et dans ce cadre, crée au Parlement une Chambre des Rois et dignitaires ; et au niveau de la justice, des tribunaux locaux et suprêmes de droit traditionnel avec les rémunérations adéquates, alors les rois et dignitaires seront autonomes. Et leurs prises de position politique seront dues et jugées selon leur conviction et non plus attribuées à la quête de sous auprès des maîtres au pouvoir.

Lire aussi : Bénin : la liste des membres du Bureau Directeur de l’association "La Dynamique Continue" (LDC)

Les positions erronées, les attitudes négatives de nos Rois et dignitaires traditionnels en faveur des dirigeants corrompus, autocrates contre le peuple, doivent être dénoncées, critiquées et combattues. Mais cela ne peut autoriser à leur dénier le droit de faire la politique. Au mieux, cela conduirait à valider l’hypocrisie et les complots ourdis avec leur accord et soutien contre les travailleurs et le peuple par les ennemis de la patrie.
Nos Rois et dignitaires traditionnels peuvent et doivent faire la politique. Leurs langues, leurs religions, leurs cultures sont niées depuis la colonisation. Notre pays demeure dominé par l’impérialisme français. Nos Rois et dignitaires doivent aider le peuple, leur peuple à retrouver sa souveraineté détruite et confisquée par l’impérialisme français, dans tous les domaines, linguistique, économique, monétaire, culturelle, diplomatique.

Cotonou, le 27 août 2020
Le Parti Communiste du Bénin




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook