Afrique / justice

Le « Président-bis » de la RDC à nouveau devant les tribunaux le 11 mai

Judicaël C. GBETO 1er/05/2020 à 09:31

Principal allié et directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi se retrouve devant les juges le 11 mai prochain. Selon un document reçu jeudi par l’AFP, qui parle de détournement présumé de 50,9 millions de dollars.

Surnommé « Président-bis » en RDC, Vital Kamerhe en détention préventive depuis le 8 avril, a été convoqué devant un tribunal de Kinshasa le 11 mai, indique Africanews qui cite un document reçu jeudi par l’AFP.
Le tout-puissant DC du président Congolais et figure centrale de la vie politique, Kamerhe serait impliqué dans une affaire de détournement présumé de 50,9 millions de dollars. Il est convoqué avec un entrepreneur libanais de 78 ans, Samih Jammal, installé en RDC depuis des décennies, selon la convocation en date du 25 avril qui circule sur les réseaux sociaux. Ils sont accusés, dans un premier instant, d’avoir détourné 48,8 millions de dollars entre mars 2019 et janvier 2020.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : un élève de 18 ans viole une vieille de 74 ans dans le village de Bocanda

Somme qui devait financer la construction de 1.500 maisons préfabriquées dans le cadre du projet de logements sociaux lancés par le chef de l’État Félix Tshisekedi après son investiture en janvier 2019. Les deux hommes sont également poursuivis pour le détournement de 2,13 millions de dollars entre août et septembre 2019 dans le cadre d’un autre programme de constructions publiques au bénéfice de policiers et militaires à Kinshasa.
Parallèlement à ces accusations, l’ex-président de l’Assemblée nationale, M. Kamerhe, est également traqué pour détournement de fonds publics avec un fonctionnaire congolais de 50 ans, chargé du service import-export à la présidence de la République, a confirmé Africanews. Inculpations, que l’homme de 61 ans dément et estime que tous les marchés publics ont été « hérités » du précédent gouvernement, affirmant que « aucun contrat de marché public de gré à gré ne porte sa signature », selon l’ordonnance de rejet de sa demande de remise en liberté provisoire du 11 avril.



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook