Chronique

Lettre à Macron : un proche du régime béninois dénonce l’incurie des quatre auteurs

L’investigateur 18/09/2020 à 16:25

Depuis que des pitres apatrides ont écrit à Macron, l’émotion, la consternation et la colère ne retombent pas. La Nation exaspérée se mobilise autour du Réformateur de la Marina et répand l’imprécation contre les félons. L’opposition joue, sans répit, ses cartes les plus immatures et devient la risée du monde. La bêtise politique semble avoir de beaux jours devant elle.

Autoproclamés « citoyens patriotes », les signataires d’un brûlot anti-Talon avaient décidé de faire des doléances hystérisées à l’Elysée sur fond d’anathème jeté sur le pouvoir de la rupture. Une surenchère de dénonciation plutôt produite par l’imaginaire et un SOS illusoire lancé à la France et à la communauté internationale.
L’opposition, en faillite morale, tend la sébile politique pour quémander l’aide de Macron contre le régime de la rupture. La pathologie de la résistance aveugle et l’obsession anti-Talon ont provoqué l’abyssal déréglément qui conduit désormais à des initiatives insolites.

Lire aussi : Bénin  : Ignace Sossou, probable réduction de la peine du journaliste après le délibéré

La stratégie mal pensée ne devrait pas fonctionner. Très pragmatiques, Talon et Macron s’apprécient mutuellement. Les deux chefs d’Etat incarnent la Rupture et partagent cette volonté de préserver « l’amitié dense et ancienne qui lie les deux nations ».
Les phrases édifiantes de Macron lors de la visite de Talon à l’Elysée gardent toutes leurs forces. Petites piqûres de rappel pour les amnésiques : « Vous menez avec votre gouvernement une politique ambitieuse pour relancer la croissance économique du Bénin, et nous sommes clairement engagés à vos côtés » s’est félicité le chef de l’exécutif français ajoutant en homme d’Etat que la France « soutient fortement le programme de réformes courageuses mis en œuvre par le Président TALON dans son pays ».

Face à l’impressionnant bilan du chef en exercice de la rupture, la galerie asséchée laisse échapper des bruits plaintifs d’anciennes brebis du palais, sevrées depuis la fin de l’époque de la pétaudière. La lettre au chef d’Etat étranger dans la bataille politique domestique relève d’une stupidité sans bornes.

Lire aussi : Bénin/médias : Ignace Sossou, le journaliste raconte ses mésaventures en prison

Sous le procès du régime et le recours au chimérique grief de recul de la démocratie, les signataires de morceaux lassants font diversion. Derrière des clichés instinctivement trainés dans une campagne d’intoxication sans fin, s’affichent les visages d’irréductibles anti-Talon, en déficit de projets. Incapable d’incarner une alternative crédible en 2021, ils mettent en scène une lettre pour distraire l’Elysée.
En décidant de ternir l’image du Bénin par une lettre d’intoxication, les signataires de l’exécrable trouvaille envoyée à Macron, font fausse route. Cette opposition béninoise est tombée au fond de l’abîme en suppliant l’ex-Métropole de renouer avec ses anciennes mauvaises habitudes.

Mais, les temps ont changé. Dans son célèbre discours de Ouagadougou, Macron a lui-même annoncé un nouveau chapitre entre Paris et le continent africain.
Une certitude : l’horizon est dégagé pour la brillante coopération entre le Bénin de Talon et la France. Ce n’est pas une stérile lettre de piètres prétentieux qui brisera la bonne dynamique.

Par Sulpice Oscar GBAGUIDI




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook