Bénin

Parakou : Les Démocrates et le FRD justifient la tenue du meeting de dimanche

L’investigateur 16/03/2021 à 09:59

Le Front pour la Restauration de la Démocratie (FRD) et le parti, Les Démocrates ont tenu dimanche dernier à Parakou, un meeting qui selon, les recoupements, sort de l’ordinaire. Ceci parce que leur différents candidats ont été recalés et ne sont plus en lice pour les élections du 11 avril prochain.

Certes les informations qui fusent du côté de l’exécutif font montre d’un procès contre Les Démocrates et le Front pour la Restauration de la Démocratie FRD qui ont tenu un meeting dans la cité des Kobourou dimanche dernier. En ce sens qu’ils sont out en ce qui concerne le compétition et leur regroupements viseraient à troubler l’ordre public.

Lire aussi : Bénin  : le Major-Général Dagvin R. M. Anderson échange avec Talon sur la lutte contre le terrorisme

Mais à la vérité, des sources proches des opposants informent à leur tour que ce meeting avait sa raison de se tenir. Selon les informations, il s’agit d’une rencontre programmée à la suite de celle du mercredi 03 mars, qui s’était déroulée à Porto-Novo. Si dans la capitale politique, ce rendez-vous de l’opposition avait connu la participation de Joël Aïvo, Moïse Kérékou et autres Réckya Madougou, à Parakou par contre, "la jocker" de Les Démocrates n’y sera point.

Parakou pour deux motifs ?

En effet l’absence de Réckya Madougou au meeting de Parakou qui a réuni les sympathisants et caciques de l’opposition a été l’un des facteurs soutenant la tenu de la rencontre. Pour s’en convaincre, c’est depuis la terre de Bio Guera que l’opposition a manifesté son soutien à l’ancienne ministre et exigé sa libération.

Lire aussi : Toviklin  : le maire Tozo prend les commandes du 3C/UP pour la victoire du duo Talon-Talata

Sur le premier motif qui dénote de la tenue du meeting de Parakou, planifié à la suite de celui de Porto-Novo, se greffe l’occasion d’une tribune dédiée à l’exigeance de la libération de la dame de fer.
Rappelons que Réckya Madougou visée par une enquête judiciaire est en détention préventive à la prison civile d’akpro-Missérété depuis le 05 mars dernier. Selon les propos de Mario Mètonou, procureur de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), elle serait mêlée à une affaire de "terrorisme".



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook