Bénin

Prorogation du mandat de Talon : un ex-chef du cabinet civil désavoue son patron Boni Yayi

L’investigateur 19/03/2021 à 10:22

Le débat sur la prorogation de mandat que confère la nouvelle constitution révisée en 2019 au président Patrice Talon, continue d’agiter le landerneau politique béninois. Au détour d’un entretien accordé au Journal l’Evénement Précis, l’ancien chef du cabinet civil, Edgard Soukpon pense qu’il ne devrait pas y avoir de polémique autour du sujet.

Pour Edgard Soukpon, ancien Chef du Cabinet Civil de l’ancien président Boni Yayi (NDLR 2006- 1016), Les Démocrates et leur président d’honneur, Boni Yayi sont dans le décor. Ceci en ce qui concerne le débat sur la prorogation du mandat du président Patrice Talon. A en croire l’ex-président de l’ancien parti dénommé Union Fraternelle et Patriotique pour la République (UFPR), « À partir du 06 avril ceux qui disent que Patrice Talon n’est plus président ont tort d’ autant plus que la prolongation du mandat en question obéit aux lois qui régissent la vie dans le Bénin la vie des Institutions. »

Lire aussi : Parakou  : le Procureur interdit toute manifestation de trouble à l’ordre public

En gros il s’agit là d’un désaveu pour l’ancien président de la République qui par contre en fait une autre lecture. La preuve à la faveur d’un post publié sur sa page facebook le 09 février dernier, Boni Yayi indiquait la porte de sortie à son successeur qui selon ses propos, devra faire ses valises le 05 avril à 00h00s
« En d’autres termes, poursuit-il dans son message, le mandat du Président Talon prend bel et bien fin le 05 Avril 2021 à 00 h 00 mn 00 s conformément à son serment le 06 Avril 2016 devant les 7 Sages de la cour constitutionnelle.« , lit-on dans l’adresse de l’ancien chef d’Etat.

Lire aussi : Football  : les premiers mots de Farnolle après sa signature en Ethiopie

Pour l’ancien président de la Banque ouest-africaine de Développement (BOAD), c’est sur la base de la constitution de 1990 que le chef de l’Etat en exercice a prêté serment le 6 Avril 2016. Et fort logiquement selon son raisonnement, il devra en conséquence passer service au prochain président, qu’il soit lui-même ou un autre compatriote librement choisi par le peuple souverain.
Seulement compte tenu de la nouvelle constitution querellée, le processus en cours ne prévoit que des élections pour ce 11 avril. Dès lors, on peut chercher à connaître le nom du successeur à Patrice Talon si le souhait de Boni Yayi se concrétisait, c’est-à-dire que l’actuel président quittait le pouvoir ce 05 avril à 00H ?




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook