Bénin

Scrutin du 11 avril : 02 candidats recalés, promettent poursuivre l’aventure

L’investigateur 24/02/2021 à 17:26

Deux des 17 candidats recalés dans la perspective des élections du 11 avril prochain n’ont pas voulu jeter l’éponge. Au contraire, ils promettent poursuivre l’aventure, mais de quelle manière ?

Cette question elle s’adresse au constitutionnaliste Joël Aïvo et l’ancien ministre des sports Ganiou Solgo, hors du territoire béninois. Bien que recalés par la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA), ils ne veulent pas jeter l’éponge.

Lire aussi : Bénin : un ancien maire s’en va, laissant 03 veuves, 26 enfants

« Que ce soit clair, nous sommes déterminés à prendre part à ce scrutin et la vague que nous avons réussie à lever ici et dans la diaspora est désormais capable de gagner cette élection », rassurait Joël Aïvo, la semaine écoulée devant les médias.

Selon Banouto, les cellules de base du Professeur continuent de travailler et d’ailleurs, ont été renforcées par celles de son colistier, Moïse Kérékou. Selon la même source il est prêt à former son équipe de campagne. Et mieux, sur les ondes de la Deutsche Welle, le Professeur qui menace en termes voilés, convainc qu’une autre bataille a commencé après la publication des listes définitives par la Cour constitutionnelle.

Hormis le Professeur de droit constitutionnel, l’ancien ministre Ganiou Soglo qui a déposé sa candidature sans colistier ni parrains avait promis poursuivre l’aventure malgré l’invalidation de sa candidature au premier filtre par la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA). Lui, il n’est plus au pays. Après son agression, le vendredi 05 février dernier, il a été évacué pour des soins dans l’hexagone.

Lire aussi : Justice  : 02 conducteurs de la société Ebomaf devant le juge ce mercredi

Le gouvernement lui aussi menace

Mais à toutes ces assurances sans doutes du Professeur Aïvo pourtant hors course ; et qui constituent des menaces en termes voilés, le gouvernement rougit pour la toute première fois et prévient. C’était à l’occasion du conseil des ministres de ce mercredi, au terme duquel le ministre de la communication de la poste et porte-parole du gouvernement, Alain Orounla a laissé entendre que des dispositions sont en train d’être prises pour « décourager ceux qui appellent ou tenteraient de troubler l’ordre public ».




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook