Divers

Sexe sur le net : elle se confie, les offrandes à une divinité, l’initiation et les différents tests à subir

L’investigateur 28/04/2021 à 15:24

Des témoignages foudroyants faits par des filles de joie qui se livrent au plus vieux métier au monde. La prostitution en effet, est sans doute un business. Mais au Togo, selon une enquête réalisée par Afreepress.info, ce métier migre de la rue vers les réseaux sociaux : la cyber-proxénétisme.

A l’âge de Âgée de 20 ans, Cynthia, un pseudonyme en effet, livre quelques secrets.
« Nous sommes plus de 120 filles dans notre agence. Moi, je ne suis qu’à l’étape première. Il y a 4 étapes et chaque étape correspond à sa proie. Il faut comprendre que c’est relatif à l’argent. Les filles à l’étape 1, gèrent des clients qui peuvent payer 10 mille F CFA en allant jusqu’à 30 mille FCFA par heure. Le top niveau, qui est l’étape 4, là-bas les aînées gèrent des clients de 100 mille jusqu’à 500 mille F CFA l’heure. Elles vont parfois à des missions à l’étranger. J’ai hâte d’arriver à ce niveau. C’est le niveau du high-life », a-t-elle au site togolais.

Plus loi, elle déclare qu’il faut aussi une initiation avant d’être accepté dans les différents groupes secrets et aussi un test sexuel sans oublier la formation en auto-défense.

« Moi, à mon arrivée, j’ai été testée et formée pour être bisexuel. Je satisfais actuellement des lesbiennes de même que les hommes. Mais le test auquel on nous soumet n’est pas facile. J’ai couché avec 10 hommes et 10 femmes pendant une semaine. Arrivée en qualité de novice en la matière, c’était difficile pour moi. Mais j’ai résisté… parfois grâce à l’alcool. C’est-à-dire, je me dope avec de l’alcool et le tour est joué. J’ai vite tapé dans l’œil de notre responsable et elle m’a intégrée au groupe », révèle-t-elle.

Lire aussi : Conseil de l’Entente : les recommandations de la mission d’observation au Bénin

Côté spirituel, elle ajoutera que pour s’adonner à la prostitution, il faut se protéger. « Il faut toujours se protéger. Mais pas par des rituels où on fait des sacrifices humains », nuance-t-elle.

Une divinité pour se protéger et faire prospérer ses affaires

Dans leur Agence, Cynthia et ses camarades sont présentées aux ‘’dieux de la sensualité’’. Il s’agit en réalité d’une divinité qu’elles invoquent pour la réussite de leurs affaires et pour leur protection contre tous types de dangers, rapporte la même source. A ladite divinité, il faut offrir des parfums et souvent il y des prières à invoquer pour que la journée soit fructueuse.

Lire aussi : Flavour : « Derrière une femme satisfaite, il y a toujours un homme fatigué »

« Régulièrement, nous venons faire des offrandes au dieu de la sensualité. Nous lui offrons des parfums et autres objets que je ne vais pas citer ici. Nous venons faire nos réunions et offrandes en de petits groupes et souvent, c’est dans des hôtels que nous les faisons. Puisque notre agence n’a pas de siège. Son siège, c’est sur Facebook ou Whatsapp. Mais attention, tout est bien sécurisé. Et il y a des rituels que nous faisons. Ce sont des prières, parfois même, c’est des versets bibliques que nous récitons. Nous avons aussi un livre où sont écrites des prières à ce dieu. Mais ce n’est pas de la sorcellerie. Nous avons prêté serment entre nous de ne jamais dire certains secrets que je ne vous dirai pas ici. C’est un serment qui nous lie comme des sectaires… Nous dépassons même des sectaires, je vous assure. Nous sommes unies et sereines sur ce côté », a avoué Cynthia.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook