Côte d’Ivoire

Soro : « Quand on l’a au bout du fil, on ne lui demande pas où il est », explique un collaborateur

L’investigateur 29/01/2021 à 16:21

En exil, l’ancien président de l’Assemblée nationale garde sa ligne de défense et compte ne point fléchir face au régime de Ouattara. Très mobile, il est difficile de dire avec exactitude, sa position.

« On travaille essentiellement par messages et visioconférence. Quand on l’a au bout du fil, on ne lui demande pas où il est », explique un de ses collaborateurs. Effectivement, selon Jeune Afrique l’ancien premier ministre de Côte d’Ivoire est à cheval sur plusieurs villes. Un jour à Bruxelles, un autre à Genève, un troisième à Paris… Ces derniers temps, Guillaume Soro a la bougeotte. Rares sont ceux qui savent vraiment où il se trouve. Seul son premier cercle est capable de le situer. Et encore, pas tous les jours. Mais où qu’il soit, pas question d’en dire plus. C’est à croire que l’ancien allié de Ouattara a repris son manteau d’antan, au moment où il dirigeait la rébellion des Forces nouvelles.

Lire aussi : Lutte contre la corruption au Bénin  : de Kérékou à Talon, Martin Assogba fait son bilan

Dans cette atmosphère secrète, les réseaux sociaux constituent une des rares ouvertures sur le monde extérieur, et en particulier sur la Côte d’Ivoire.
Mais l’’ancien président de l’Assemblée nationale ne s’empêche point de se faire annoncer à travers les réseaux sociaux où ses messages sont véhiculés. Sa dernière sortie est cette « vidéo de vœux pour la nouvelle année, dans laquelle il étrille une fois de plus le président Alassane Ouattara, dont il refuse de reconnaître la réélection pour un troisième mandat », rapporte le magazine panafricain.

« Il y a encore quelques semaines, Guillaume Soro vivait tranquillement à Paris, où il possède une résidence. Il y passait le plus clair de son temps et organisait ses conférences de presse à l’hôtel Bristol, un palace situé à quelques mètres de l’Élysée. Mais au lendemain de l’annonce de la victoire de Ouattara, l’une de ses prises de position change la donne.

Lire aussi : Togbin  : un important message de l’Andf à l’endroit de 31 acquéreurs de parcelles

Dans un discours retransmis en direct sur internet, il s’adresse aux forces de défense et de sécurité et leur demande « d’agir » pour faire barrage à Alassane Ouattara. En clair, il appelle à un coup de force des militaires ».

Une prise de position jugée trop dangereuse à Abidjan tout comme à Paris. Il n’était plus en odeur de sainteté avec les autorités de Paris parce que Emmanuel Macron a affiché sa position sur la situation ivoirienne. « Les autorités françaises lui ont fait passer le message qu’il y avait des limites et qu’il n’était plus le bienvenu sur le territoire. C’était le rubicond à ne pas franchir.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook