Bénin

TPI/Abomey-Calavi : le procureur exige des enquêtes judiciaires complémentaires dans une nouvelle affaire

L’investigateur 7/01/2021 à 11:09

C’est un secret de polichinelle. Le problème du foncier dans la commune d’Abomey-Calavi est aussi complexe et difficile à comprendre. Tellement la gestion qui en avait été faite par le passé est peu catholique.

Depuis quelques mois en effet, les acteurs qui ont géré le foncier par le passé dans la commune d’Abomey-Calavi, défilent devant les juridictions qui en connaissent des différentes affaires. Hier, des cadres et anciens maires de la commune étaient à nouveau devant le parquet.

Lire aussi : Bénin  : toutes les nominations en conseil des ministres, ce mercredi 06 janvier 2021

C’est le cas des maires Georges Bada déjà en prison et, Patrice Hounsou-Guèdè. Ils ont été écoutés en compagnie d’autres élus et cadres, par le procureur Aubert Kodjo.

Mais, contrairement à ce qui a véhiculé sur les réseaux sociaux, il ne s’agit pas de l’affaire d’expropriation dite « affaire 39 hectares » pour laquelle ils sont encore attendus devant le juge des flagrants délits, le 15 janvier prochain. Mais plutôt d’une affaire relevant du ressort de la brigade criminelle. En effet, il s’agit des détournements de frais de recasement et lotissement et autres dans la commune. C’est ce qui a motivé le déplacement devant le procureur hier, des membres du comité de lotissement de la commune.

Selon de sources crédibles, alors que la loi 2017-15 du 10 août 2017 modifiant et complétant la Loi n° 2013-01 du 14 août 2013 portant code foncier et domanial en république du Bénin sur le foncier a été votée au parlement, mettant fin à l’ancienne méthode, à Abomey-Calavi, il paraîtrait que d’anciennes pratiques se poursuivaient.

Lire aussi : Kandi  : décès d’une élève, écrasée après un accident par un camion ce mercredi

C’est alors qu’un plaignant aurait saisi le procureur pour dénoncer les dirigeants d’alors. Conséquence, le comité de lotissement, les dirigeants ont été convoqués au parquet. Ecoutés, ceux qui étaient déjà en prison dans le cadre de « l’affaire 39 hectares » sont retournés dans leur cellule pendant que les autres sont rentrés chez eux. Mais le procureur a demandé une enquête judiciaire complémentaire pour la suite du dossier.



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook