Bénin

Talon : une nouvelle déclaration du président à Toucountouna, suscitera des commentaires

L’investigateur 11/01/2021 à 17:49

La seconde phase de la tournée nationale du président de la République, Patrice Talon est toute aussi riche en boutade que la première. Hier à Toucountouna, le chef de l’Etat béninois a fait une déclaration qui fera mouche.

Décidé à combattre une certaine race de « politiciens », le président de la République, Patrice Talon y va de toutes les formes et ne le cache point d’ailleurs.

Lire aussi : Collines  : un début d’incendie maîtrisé à JECO HÔTEL de Dassa

A l’en croire, ceux qui pensent s’enrichir grâce à la politique doivent désormais mettre fin à leur rêve. C’est à travers une invite faite aux Béninois à qui il demande de défendre « la cause nationale ». Au cours de la seconde phase de sa tournée et plus précisément dans la commune de Toucountouna le président de la République a fait des déclarations et y est allé à travers des boutades.

« Chacun doit défendre la cause nationale et dénoncer la mal gouvernance », a dit le chef de l’Etat. En outre, dira Patrice Talon, « être député ou maire n’est que secondaire ». En d’autres termes, chacun doit exercer le métier qu’il a appris afin de pouvoir bénéficier de ses fruits et non s’attendre à faire une carrière en politique. « Celui qui veut être riche, il le sera par son travail, son salaire, ses mérites, son talent, son commerce », a-t-il déclaré. Nous devons de plus en plus travailler pour s’enrichir.

Lire aussi : Fête du vodoun : l’intégralité du message de Talon aux gardiens de la tradition

Pour nuancer et convaincre son auditoire, il renchérit en disant que la politique elle seule, ne suffira plus pour s’en sortir. Le président de la République a déclaré qu’on peut "être député certes, mais si on sait coudre, on pourrait toutefois y accorder de temps".

Déjà lors de la première phase de sa tournée, il a eu à dénoncer la médiocrité qu’on observe dans le rang des enseignants, la gabegie observée autrefois dans le milieu des agents permanents de l’Etat qui siphonnaient le bien public au détriment de la grande masse. Et les réactions ont suivi automatiquement.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook