Bénin/présidentielle de 2021

Un membre de la « Résistance » interpelle Amoussou, Fagbohoun et Soglo

L’investigateur 28/05/2020 à 07:03

Membre à part entière de la « Résistance » au régime en place, Julia Akpaki anime une tribune à travers laquelle elle se prononce sur l’actualité nationale chaque jour. Dans sa récente publication, elle a interpellé les présidents Bruno Amoussou, Soglo et Fagbohoun d’une part, et plaide pour des élections présidentielles de 2021, ouvertes à toutes les chapelles politiques d’autre part.

Certes les avancées notées dans la nouvelle charte des partis politiques sont saluées par les thuriféraires du pouvoir en place, mais dans le camp des opposants, on joue les cassandres et voit l’avenir de la démocratie béninoise en pointillés… Madame Julia Akpaki trop pessimiste au regard de la situation, pense plutôt à une assise nationale dans le but d’élaguer les écueils susceptibles de compromettre cette démocratie. Pour réaliser cette assise, elle estime que les présidents Bruno Amoussou, Soglo et Fagbohoun ont un rôle capitale à jouer.

Lire aussi : Bénin/Fcbe : Paul Hounkpè accueilli en héros par les militants et responsables du septentrion

Dans la réalité, son cri de détresse, a-t-elle dit, est le plaidoyer d’un citoyen dont le premier des soucis est de revoir le Bénin tenir le haut du pavé dans le lot des pays dont la démocratie ne s’apparente guère à un pis-aller. Pour ce membre de la « Résistance », les législatives d’avril 2019 ont été organisées sans l’opposition. Et sa crainte, reste désormais la présidentielle de 2021 avec ses exigences de parrainage de 10% d’élus (maires et/ou députés), introduit dans la nouvelle charte des partis. Ce qui selon ses déclarations, « trace les sillons d’une nouvelle exclusion ». Pour conjurer le mauvais sort, il urge à l’en croire, d’interpeler ces valeurs morales, seul gage d’indication ou de trait d’union entre la vielle garde et la génération montante. Ils ont nom : Bruno Amoussou, Nicéphore Soglo et Séfou Fagbohoun. Dans le lot, deux sont du côté du régime ; Bruno Amoussou et Séfou Fagbohoun et l’autre (NDLR Nicéphore Soglo) de l’opposition. Certainement qu’ils trouveront la panacée, semble dire Madame Julia Akpaki pour permettre aux Bénin de se tirer d’affaires à travers la tenue desdites assises qu’elle désire ardemment.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook