Bénin

Yayi : son parti exagère à travers ses exigences, selon un député de la mouvance

L’investigateur 12/03/2021 à 19:22

Plus on s’approche des élections du 11 avril prochain, plus les exigences du parti de l’opposition, Les Démocrates vont crescendo. Du côté de la mouvance, on estime désormais que les amis d’en face en demandent un peu trop.

C’est par la voix du député de la 11ème circonscription électorale, Gérard Gbénonchi que la mouvance a répondu aux nombreuses exigences de l’opposition. Reçu dans le journal de Frissons Radio cette soirée, le député élu sur la liste de l’Union Progressiste a déclaré avant tout « qu’il n’y a pas de crise au Bénin ».

Lire aussi : Bénin  : la campagne de commercialisation des noix de cajou lancée ce jeudi à Kétou

Mais la dernière sortie d’Alassane Tigri, vice-président chargée de coordonner la 8ème circonscription électorale du parti Les Démocrates, le confond. La preuve au cours de sa conférence de presse d’hier, Alassane Tigri a laissé entendre que l’impératif pour résoudre la crise qui secoue le Bénin est de convoquer illico « un dialogue » pour apaiser la tension.

Sur ce point en effet, le député Gérard Gbénonchi Président de la Commissions budgétaire, semble-t-il, est d’accord avec lui. « Nous sommes disposés au dialogue », a dit l’élu du peuple. Dans le même temps, il nuance en soulignant que les opposants « exagèrent ». « Qu’ils n’aillent pas demander qu’on remette tout à plat », a-t-il rajouté. Pour finir, il demande aux opposants « d’être raisonnables et la mouvance verrait avec eux ».

Lire aussi : Evacuation de Patrick Achi  : le nouveau 1er ministre ivoirien parle d’un fake news

Rappelons que dans leurs exigences, non seulement les opposants exigent la convocation d’un dialogue national pour remettre tout à plat en vue de permettre la participation à tous ceux qui le souhaitent, aux élections, mieux ils soutiennent que le mandat de l’actuel chef d’Etat prendra fin le 05 avril à minuit contrairement aux dispositions de la constitution révisée qui lui accorde un bonus de 45 jours. En outre, ces opposants exigent le respect des ordonnances de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) qui avait demandé aux autorités béninoises de mettre sous éteignoir, la constitution révisée.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook