Actualité

Ajavon, voici la réaction de son avocat après la suspension du Bénin par l’Ofpra

L’investigateur 9/10/2020 à 10:35

Les interprétations vont dans tous les sens après la suspension du Bénin par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) des pays d’origine sûrs au sens de l’article L. 722-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, établie par décision du 9 octobre 2015.

Contrairement à ceux qui pensent qu’il s’agit d’une victoire de Sébastien Ajavon sur les autorités béninoises, son avocat, maître Issiaka Moustapha s’est mis au-dessus de la mêlée. L’homme de droit pense et analyse la situation sous un autre anlge. « On en peut pas se réjouir d’une décision de cette nature lorsqu’on est béninois ». Dans la suite, il renchérit puisqu’il a été joint par l’Investigateur : « Il ne s’agit pas d’une source de fierté, mais l’on doit prendre cela comme un appel à se ressaisir.

Lire aussi : Actualité : Bénin, Orounla entame la vulgarisation du PSIE et sollicite l’implication du privé

C’est la preuve qu’il y a au-delà de ce que l’on dit, une violation des droits de l’homme au Bénin afin de remédier à cela. On ne peut pas prendre appui sur le développement pour violer les droits humains », a-t-il ajouté.
Rappelons que le Bénin vient d’être suspendu de la liste des pays moins sûrs et ceci pour douze mois par l’OFPRA. Lire le communiqué de suspension.

Lire son communiquéRetour ligne automatique

Communiqué du président du conseil d’administration de l’Ofpra

Dans sa séance du 29 septembre 2020, le conseil d’administration de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides a procédé au réexamen du bien-fondé de l’inscription de la République du Bénin sur la liste des pays considérés comme des pays d’origine sûrs au sens de l’article L. 722-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, établie par décision du 9 octobre 2015.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : la CEDEAO appelle les acteurs à s’engager pour une élection inclusive et paisible

À l’issue de ce réexamen, le conseil d’administration a décidé de suspendre l’inscription de la République du Bénin sur cette liste pour une durée de douze mois.

Cette décision prendra effet le lendemain de sa publication au Journal officiel de la République française.

Date de mise à jour : 06/10/2020




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook