Bénin

Azannaï, l’ex-rupturien répond à un internaute et donne les raisons de son départ de la mouvance

L’investigateur 15/06/2020 à 16:45

L’ancien ministre délégué, chargé de la défense nationale, Candide Azannaï a profité de sa réponse à un internaute pour dévoiler les contours de son départ du gouvernement.

Il est vrai qu’il était parti du gouvernement, mais au moment de son départ, il y avait eu autant de rumeurs à propos. Pour certains, il a juste annoncé son départ du gouvernement sur sa page facebook. Ce que l’ancien ministre semble démentir à travers une portion de son intervention, répondant à un internaute. « J’ai démissionné du Gouvernement en remettant une lettre de démission en bonne et due forme », a-t-il dit. En plus, l’ancien allié du régime confie qu’il n’a pas été « limogé ».

Lire aussi : Bénin : 02 nouveaux cas de décès enregistrés au Coronavirus (officiel)

Trop direct, Candide Azannaï a renchéri en disant qu’il n’a pas « quémandé » sa place dans le gouvernement, mais que cela a été acquis sur mérite pour avoir milité et s’être battu pour l’avènement du régime. « J’ai été appelé par Patrice TALON au Gouvernement en qualité d’homme politique. J’ai le statut de partenaire politique et mieux de contributeur majeur à la contribution de la victoire du projet TALON AU POUVOIR EN 2016 » , a-t-il écrit.
Quid des raisons de son départ du gouvernement
A en croire l’ancien parlementaire, non seulement il doit son entrée au gouvernement sur mérite, mieux il a quitté parce qu’il ne se sentait plus en phase avec le pouvoir. « Je ne fais pas la politique pour des personnes ou pour des problèmes de personnes », a-t-il nuancé. Plus loin, il dira qu’il n’a jamais fait la politique pour des intérêts. « Je ne suis pas non plus en politique pour des intérêts et pour des avantages particuliers. Et plus profond, je ne ferai jamais la politique pour des postes au détriment de ma conviction, de ma respectabilité, de ma dignité et de mon honneur. »

Lire aussi : Azannaï  : l’ancien ministre apprécie les mesures sociales du gouvernement

« Que peuvent valoir les privilèges des strapontins si je dois ruiner ma conscience dans l’inconfort de ma conviction en sacrifiant ma dignité d’homme libre et les valeurs qui m’ont forgé tout le long de mon modeste parcours politique », s’interroge l’ancien Renaissant qui conclut qu’il a toujours servi le pays en toute intégrité parce qu’il estime qu’il ne traîne pas de casserole.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook