Afrique /pandémie

Bénin-Covid-19 : Hounkpatin justifie le maintien de la chloroquine pour le traitement

Bénédicte BANKOLE 2/06/2020 à 12:57

Le maintien du traitement des patients positifs au covid-19 à la chloroquine par le Bénin malgré les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) continue de susciter des débats. Invité sur la télévision nationale hier, le ministre de la santé Benjamin Hounkpatin a donné les raisons de ce choix opéré.

Au passage sur la télévision nationale pour faire le point de la situation du covid-19 au Bénin, le ministre Benjamin Hounkpatin en a profité pour apporter des clarifications sur le maintien du choix du Bénin pour un traitement des cas positifs à la chloroquine. Pour lui, le Bénin dès le début a été prévoyant.

Lire aussi : Atrokpo ) : le Progressiste exprime ses sentiments après suspension de l’élection du maire

« Le Bénin a toujours eu cette attitude avant-gardiste par rapport à la chloroquine », a-t-il dit. « Nous avons, dans le cadre d’étude de protocole, de recherches bien déterminées qui ont reçu l’aval du comité d’études, entrepris la prise en charge de nos cas avec le protocole à base de chloroquine et il est évident devant des faits cliniques avérés qui nous montrent qu’à priori, ce traitement est efficace », a-t-il confié
Deux exemples fondent ce choix dira-t-il. Le premier concerne un malade positif hospitalisé avec des images scannographiques typiques et qui avait une complication majeure cardiaque. A savoir :

Lire aussi : Décentralisation) : Bénin/blocage fantaisiste des élections : ce qui attend les « conseillers rebelles »

une dissection aortique. Mise sous traitement un mardi à 22h en détresse respiratoire, elle sera sans assistance respiratoire le lendemain matin à 9h après la deuxième dose. « Aujourd’hui, cette patiente est guérie totalement. La dissection aortique diagnostiquée par plusieurs spécialistes qu’elle avait eue, est conjuguée au passée. », a-t-il déclaré. Le second cas, ce sont les drépanocytaires au Bénin dont plusieurs cas positifs à la covid-19 ont été pris en charge », en rajoute-t-il. Alors pour le ministre Benjamin Hounkpatin, devant ces faits cliniques avérés, on ne peut pas réfuter l’utilisation d’un médicament qui après le rapport efficacité, inconvénient, disponibilité et coût, est en faveur des stratégies que les pays sont à même d’adopter.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook