Actualité

Bénin-Togo : Kèmi Seba remonte les bretelles à Faure Gnassingbé et Madougou

L’investigateur 10/03/2021 à 07:26

L’activiste franco-béninois, Kemi Seba s’est prononcé sur l’arrestation de Réckya Madougou, candidate recalée du parti, Les Démocrates aux élections du 11 avril prochain. Dans son intervention, il n’ pas raté la prévenue et le président togolais Faure Gnassingbé.

Dans son intervention, il est vrai que l’activiste Kèmi Séba n’a fait aucun cadeau aux autorités béninoises, mais il n’est pas non plus allé du dos de la cuillère. Il a démontré toute sa colère contre le Chef de l’État Togolais Faure Essozimna Gnassingbé qui avait bien entendu, la prévenue de la prison civile d’Akpro-Missérété, Réckya Madougou comme conseillère spéciale.

Lire aussi : Les Démocrates : l’image de la délégation au domicile de BDT enflamme la toile

D’entrée, Kemi Seba a laissé entendre que son intervention n’est motivée par un quelconque soutien à l’ancienne ministre de Boni Yayi, naguère conseillère du Président Faure Gnassingbe, « l’un des plus grands pions de la Françafrique ».

« Il est important, avant d’aller plus loin, de préciser notre pensée au sujet de cette politicienne. Madame Madougou est, ou fut jusqu’à peu, la conseillère de Faure Gnassingbe, l’un des plus grands pions de la Françafrique, l’un des pires dictateurs meurtriers de l’Afrique de l’Ouest. », a déclaré Kemi Seba sur sa page Facebook ce dimanche 07 mars 2021.

Plus est, le président de l’ONG Urgences Panafricanistes, s’indigne du fait que la “Dame Reckya n’a jamais vu de mal dans le sang versé par le peuple africain du Togo, qui se fait depuis si longtemps persécuter sur demande de son ami, fort face aux faibles, mais Faure le soumis face à la France.”

Lire aussi : Coronavirus  : voici l’agenda du Bénin pour l’acquisition du vaccin

« Cette Reckya nous rend, dès lors, très mal à l’aise lorsqu’elle se présente en garante de la démocratie une fois de retour au Bénin. De plus, ses multiples visites de courtoisie aux chancelleries occidentales n’augurent, à nos yeux, strictement rien de bon pour notre pays. Et ce constat peut être posé aussi pour Yayi Boni et d’autres cadres du parti Les Démocrates qui semblent être encore trop attachés au fait de plaire à l’Occident. » a-t-il martelé.
Au demeurant, il a nuancé qu’une « une fois ce constat posé, L’ETHIQUE et la soif de JUSTICE nous poussent à ne jamais accepter qu’une personne soit empêchée de concourir à une élection sous prétexte qu’elle ne plait pas au président. Le Bénin n’est pas une propriété privée du président ou de quelconques politiciens, dans laquelle, dès lors qu’une voix dissonante émerge, elle se fait embastiller, diaboliser ou est poussée à l’exil. Cette situation ne peut plus durer. »

Lire aussi : Les Démocrates : l’image de la délégation au domicile de BDT enflamme la toile

Rappelons que Reckya Madougou, visée par une enquête judiciaire, est placée en détention provisoire le vendredi 5 mars dans la soirée par la Cour de répression économique et des infractions et du terrorisme (Criet). Elle est inculpée pour « financement du terrorisme ».



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook