Bénin

Bénin : le député Rachidi Gbadamassi défend l'ancien président Boni Yayi

L’investigateur 20/07/2022 à 12:26

Dans un entretien, le député du Bloc Républicain, Rachidi Gbadamassi se réjouit d’une annonce faite par l’ancien président de la République Boni Yayi. Il s’agit du retrait de sa plainte contre l’État Béninois devant la Cour de justice de la CEDEAO pour séquestration de 52 jours.

Boni Yayi a retiré sa plainte contre l’État Béninois pour violation des droits humains devant la Cour de justice de la CEDEAO. A travers un post, il a indiqué que cette décision s’inscrit dans le cadre de la décrispation de la tension dans le pays. Partant de cette décision inattendue par les extremistes, certains ont estimé qu’il serait dans un deal avec le régime en place. Ce qui n’est pas le cas de l’ancien maire de Parakou, Rachidi Gbadamassi qui estime qu’il ne sert à rien d’entretenir un conflit entre l’ancien président Boni Yayi et son successeur Patrice Talon. Pour lui, "Ceux qui pensent qu’ils vont trouver leurs comptes dans le conflit entre Boni Yayi et Patrice Talon sont passés à côté. Nous demandons au président Boni Yayi de continuer d’aller jusqu’au bout au nom de l’intérêt supérieur de la nation", a répondu Rachidi Gbadamassi aux détracteurs de l’ex-president.

| Lire aussi : Côte d’Ivoire : Ouattara reçoit l’ancien président Boni Yayi

À l’en croire, l’ancien président Boni Yayi a agi pour l’intérêt général. "En retirant sa plainte contre l’Etat béninois, Boni Yayi est dans une démarche de pacification. Un acte qui correspondant bien à son rôle d’ancien Chef d’Etat. Je pense en toute humilité, que les gens doivent laisser Boni Yayi tranquille. Il a droit à une retraite paisible après avoir tout donné à son pays", a soutenu le parlementaire. Il martèle que "Les intentions diaboliques sont celles des gens qui entretiennent les conflits", car, indiquent-il, le retrait de la plainte de Boni Yayi est un acte qui valorise la fonction qu’il avait occupée. L’ancien chef d’État est en harmonie avec sa conscience, il n’y a rien d’impossible lorsque le dialogue existe, insiste le député.

| Lire aussi : Bénin : la liste des pièces à fournir pour être candidat aux législatives 2023 disponible

Au lendemain des législatives de 2019, faut-il le rappeler, Boni Yayi avait été séquestré dans son domicile privé à Cotonou pendant 52 jours. Les autorités avaient estimé qu’il était impliqué dans les violences des 1er et 02cmai 2019 et qui ont occasionné plusieurs blessés et des pertes en vies humaines.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook