Actualité

Bénin : un projet de loi transmis aux députés pour lutter contre le harcèlement sexuel

L’investigateur 29/09/2021 à 14:19

L’avant-projet de loi portant sur la répression des infractions commises à raison du genre et protection de la femme sera transmis ce mercredi au parlement béninois. La célérité que connaît ce projet dénote de la volonté du gouvernement à mettre fin aux violences ou abus observés à l’égard des femmes dans la société béninoise.

« … ce mercredi 29 Septembre 2021, l’avant-projet de loi qui entre en droite ligne d’une série de réformes en cours pour changer les mentalités sera transmis aux parlementaires. La séance de travail tenue par le président Patrice Talon avec ces derniers vise non seulement à les fait entrer dans le contenu de l’avant-projet de loi mais surtout à susciter leur adhésion afin qu’ils en accélèrent l’examen. », informe Bénin Web Tv.

Récemment, le président béninois a lancé les signaux à travers une rencontre avec les députés au Palais des Congrès à Cotonou où il a clairement affiché son intention de lutter contre le fléau. C’était le jeudi dernier. Il a déjà annoncé la couleur face aux parlementaires quand il leur exposait le contenu de son projet de loi. « Le fléau (le harcèlement sexuel-ndlr) fait plus de dégâts que les crimes économiques«  ; avait indiqué le président de la République.

| Lire aussi : Bénin : deux dames arrêtées au ministère de la santé pour trafic de carnets de vaccination

| Lire aussi : Double confrontation Bénin vs Tanzanie : Verdon et d’Almeida signent leur retour (liste)

| Lire aussi : Sessègnon : l’ancien joueur du Psg convoité au Dragons FC de l’Ouémé

Pour lui, la tâche ne sera pas facile à ceux qui seront amenés à conduire la lutte ; ce serait pour eux, une épreuve de longue haleine, précise-t-il « mais désormais au Bénin, les délits du genre ne seront plus banalisés…ce sera la loi de la décennie » a-t-il martelé avec conviction face aux députés.

Pour le président de la République, « les auteurs comme les complices seront poursuivis même si la victime est dans son silence. La lutte sera plus farouche même que celle des crimes économiques« , a-t-il déclaré devant les parlementaires.

Après l’installation de l’institut national de la femme avec un pouvoir plus renforcé et la présentation de l’avant-projet de loi portant sur la répression des infractions commises à raison du genre aux parlementaires, le gouvernement entend accélérer la procédure.
C’est aussi une manière pour le gouvernement d’outiller l’institut national de la femme pour qu’il devienne un organe actif au service de la promotion et de l’épanouissement de la femme.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook