Afrique/pandémie

Covid-19-gestion : Komi distribue des points aux bons et mauvais élèves du continent africain

L’investigateur 20/06/2020 à 21:07

Dans une tribune rendue publique, l’ancien ministre de l’économie et des finances, chargé de dénationalisation, Komi Koutché y est allé de son analyse pour disséquer la crise de la pandémie du Covid-19. De son impact sur la vie des entreprises, de l’annulation des dettes des Etats en passant par la gestion qu’ils en font, l’ancien directeur du Fonds national de microfinance n’a omis aucun aspect.

Selon l’ancien ministre Komi Koutché, le Coronavirus, devenu 3ème guerre mondiale a eu d’énormes impacts sur la vie des entreprises aussi bien publiques que privées. Obligeant les nations à prendre des mesures draconiennes notamment « annulation ou allègement de la dette et recours à d’autres mécanismes, y compris les droits de tirages spéciaux (DTS) du FMI. »

Lire aussi : UAC  : ce que pense le ministre Eléonore Yayi de l’affaire des 178 doctorants

Par la même tribune, le ministre Komi Koutché dira que « la situation dans l’espace UEMOA révèle que les pays comme la Côte d’Ivoire, le Togo, le Sénégal et le Niger ont apporté les solutions les plus structurées au COVID 19 visant à la fois le soutien aux populations et au secteur privé. Dans le même temps, une analyse croisée des comptes nationaux révèle que ces pays ont fait l’option d’une augmentation de la dette publique lors de certaines années précédentes mais en même temps, avec un accroissement des dépenses en capital ».

Lire aussi : Mali  : la CEDEAO invite les parties prenantes au dialogue pour une sortie de crise

Naturellement, l’opposant au régime du Bénin ajoutera que « la Guinée Conakry de par sa gestion antérieure de la fièvre à virus ébola, gère avec moins de stress, la crise ». Quant au Bénin, il estime que « le Bénin un autre pays de l’UEMOA et de la CEDEAO est resté le seul à ne pas avoir un plan structuré (en tout cas connu des bénéficiaires) pour le COVID 19 ».
Opposant exilé, l’ancien ministre Komi Koutché condamné à 20 ans de prison et à une amende de 500 millions est dans le collimateur de la justice béninoise. Est-ce peu-être cela qui l’oblige à peindre tous les efforts que font les autorités béninoises dans la gestion de la crise en noir ?




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook