Bénin

Djènontin, le point de vue de l’ancien SG/FCBE sur les suscitations de candidature

L’investigateur 2/09/2020 à 17:45

A la faveur d’une récente sortie dans une émission, l’ancien ministre de la justice, Valentin Djènontin a donné son point de vue sur les suscitations de candidature, de la part des soutiens au président de la République, Patrice Talon.

Très péremptoire, l’ancien garde des sceaux de Boni Yayi pense que les appels des soutiens à un second mandat du président de la République, Patrice Talon, ne reflètent pas forcément la réalité. Prenant le contre-pied des auteurs de ces appels pressants, Valentin Djènontin pense plutôt que ce n’est pas possible, donnant au passage, quelques raisons pour motiver son point de vue.

Lire aussi : Afrique : Bénin, Patrice Talon continue de lutter malgré tout, contre le culte de la personnalité

Pour lui, le gouvernement n’a pas comblé les attentes des populations et ceci dans plusieurs secteurs. A en croire l’ancien secrétaire général de la Force Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), si sous les régimes de Mathieu Kérékou, Nicéphore Soglo et Boni Yayi, l’appel à un second mandat des prédécesseurs de Patrice Talon a été une réalité, aujourd’hui, ce n’est plus le cas.
Valentin Djènontin dira que « les signes extérieurs de la richesse ne se ressentent pas ». Et, opinant sur le communiqué de la présidence, demandant illico aux auteurs des posters du président Patrice Talon, posés ça et là d’y mettre fin, l’opposant exilé à Paris, ajoutera que le compétiteur-né devrait passer à la punition.

Lire aussi : Aéroport de Cotonou  : une considérable quantité de drogues saisie chez un passager nigérian

Histoire de montrer qu’il est résolument contre l’apologie du culte de la personnalité. « Les populations n’ont aucune raison de solliciter un second mandat du président Patrice Talon. Entre les régimes de Boni Yayi et du président Patrice Talon, c’est le jour et la nuit », commente Valentin Djènontin. « Parlant de l’installation des maires ; et des difficultés que rencontrent les partis de l’opposition sous le régime de la Rupture », l’ancien ministre, recherché par la justice, dira qu’il y a des irrégularités commises par le gouvernement.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook