Bénin

Faux médicaments : la douane béninoise établit un record de performance dans sa lutte

L’investigateur 7/10/2020 à 09:21

A travers un webinaire, l’organisation mondiale des douanes (OMD) a présenté les résultats de l’opération OMD STOP sur le trafic illicite lié à la COVID-19. Des résultats qui ont révélé les prouesses de l’administration douanière béninoise, classée 13ème sur 99 au plan mondial.

Hier, les performances du Bénin dans le cadre de la lutte contre les médicaments illicites ont été révélées à la face du monde. Sur 99 administrations douanières œuvrant pour la lutte contre les médicaments contrefaits / illicites et les fournitures médicales liés à la pandémie de COVID-19, celle du Bénin a été classée 13ème. Ce qui réjouit l’Organisation mondiale des douanes dont le souci est de faire face aux défis et menaces posés par la crise sanitaire mondiale. L’opération a mis en évidence plusieurs critères.
Des critères auxquels les douanes béninoises dirigées par Sacca Charles Inoussa sans oublier la dynamique du ministre de l’économie et des finances Romuald Wadagni ont satisfait. En amont de ces résultats qui révèlent le Bénin, il faut souligner le risque pris par le Président Patrice Talon qui a déclenché une lutte farouche contre les faux médicaments en 2017, partant touché le cœur de cette activité qui est le marché d’Adjégoulè.

Lire aussi : Présidentielle 2021 : Bénin, Houndété révèle l’objectif de la visite des Démocrates au président de la Cour suprême

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’OMD

Opération STOP : l’OMD met à mal le trafic illicite lié à la COVID-19 par cette opération inédite

06 octobre 2020

L’OMD et ses Membres ont mené avec succès une opération d’urgence mondiale contre le trafic illicite lié à la COVID-19 appelée « STOP » dont le rapport final a été présenté lors d’une conférence en ligne aujourd’hui 6 octobre 2020. L’Opération STOP est la réponse immédiate et urgente de l’organisation mondiale des douanes (OMD), en collaboration avec 99 de ses administrations Membres et son réseau de Bureaux Régionaux de Liaison chargés du Renseignement (BRLR) face à la recrudescence du trafic illicite de médicaments et d’équipements médicaux et notamment de ceux utilisés dans le cadre de la pandémie COVID-19.
L’Opération STOP a permis un total de 1683 interceptions.

En tout, c’est plus de 300 millions d’unités de médicaments qui sont concernées, ainsi que plus de 47 millions d’unités d’équipements médicaux (masques, gants, kits de test COVID-19, thermomètres, blouses) et quelques 2,8 millions de litres de gel désinfectant. Grâce à cette opération des milliers de vies ont été sauvées et les frontières sont désormais plus sécurisées, ce qui permet de limiter les effets de la pandémie liée à la COVID-19 en protégeant la population contre l’utilisation de produits et d’équipements médicaux potentiellement non efficaces ou même nuisibles. L’OMD continue de suivre de près l’évolution de la situation pour d’éventuelles actions futures.

Lire aussi : Culture : satisfaction de Mathieu Agossèvi au terme de la formation sur le leadership

L’Opération STOP s’est déroulée du 11 mai au 12 juillet 2020 sous la supervision du Secrétariat de l’OMD. Durant 63 jours, les Membres ont procédé simultanément à des inspections ciblées des envois sur la base de la liste de contrôle des marchandises liées à la COVID-19 élaborée par l’OMD. Cette opération a été un véritable baromètre des trafics illicites liés à la pandémie COVID-19. Les Douanes ont su préserver les marchés nationaux de l’infiltration de médicaments périmés, illicites, contrefaisants, de gels désinfectants sans aucune propriété sanitaire ou encore de kits de test COVID-19, masques, lunettes, thermomètres, blouses médicales ne respectant pas les normes sanitaires requises ou sans autorisation des autorités compétentes.

Dans son allocution d’ouverture, le Secrétaire Général de l’OMD, Dr Kunio Mikuriya a noté avec grande satisfaction le succès de l’Opération STOP, qui, selon lui, « démontre l’agilité et le savoir-faire des Douanes qui sont les seuls organismes publics habilités à surveiller tous les mouvements transfrontaliers internationaux de marchandises, surtout en temps de crise comme celle liée à la pandémie COVID-19 ». Aussi a-t-il félicité et remercié toutes les Administrations des Douanes ayant pris part à l’Opération ainsi que toutes les parties prenantes à savoir les Organisations Internationales telles qu’INTERPOL, ONUDC, OLAF, EUROPOL et le secteur privé représenté par Novartis, Servier, Pfizer, Sanofi et UL.

Lire aussi : Passagon  : un conducteur perd son volant et se retrouve dans la cour d’une école

L’échange d’informations durant l’opération a été rendu possible grâce à l’outil de communication sécurisé de l’OMD « CENcomm DPI » lancé au début de la crise de la pandémie liée à la COVID-19 pour favoriser le partage d’informations et de données entre les Membres dans ce contexte spécifique.

L’analyse des données obtenues pendant l’opération donne des indications sur les principaux itinéraires et modes opératoires ainsi que sur les produits qui sont le plus couramment sujets au trafic illicite dans ce contexte de pandémie. Les résultats et les conclusions de l’Opération permettront à l’OMD et à ses Membres d’améliorer leurs systèmes de gestion des risques opérationnels douaniers et de ciblage des marchandises illicites aux niveaux mondial, régional et national.
Pour plus d’informations sur cette opération, veuillez contacter : Stop@wcoomd.org.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook