Actualité

Félicitation à Talon : entre sincérité et ruse, Faure a fait un premier pas

L’investigateur 29/04/2021 à 15:18

L’image abimée entre Lomé et Cotonou est semble-t-il, en train de recevoir une nouvelle couche de peinture. C’est du moins, ce qu’il ressort des félicitations adressées par le N°1 togolais, Faure Gnassingbé à Patrice Talon, réélu par K.O le dimanche 11 avril. Au-delà d’une vivification de la diplomatie de bon voisinage, la correspondance de Lomé en direction de Cotonou pour féliciter le Compétiteur-né peut ressembler à une stratégie, synonyme d’un coup d’accélérateur au lobbying en gestion pour délivrer quelqu’un dans la détresse.

Faure Gnassingbé avait-il besoin coûte que coûte de présenter ses félicitations à Patrice Talon, réélu pour un second mandat ? La question agite les milieux insoupçonnés. Elle est au cœur des débats, depuis le 11 avril, date du K.O de celui qui est surnommé Agbonnon. Une consécration analysée doublement en fait. Pour les laudateurs du régime, il s’agit d’une victoire sans bavure alors que les contempteurs parlent d’un couronnement à la Pyrrhus.

Qu’à cela ne tienne ! En effet, la politique de bon voisinage oblige, Cotonou et Lomé n’ont aucun intérêt à se livrer une guerre froide. L’exemple le plus palpable a été la fermeture des frontières entre le Nigeria et ses voisins pendant plus d’un an. L’effet ressenti par les pays du corridor (Abidjan-Lagos), a affecté autant Cotonou que Lomé. Peut-être à des degrés divers. A cela, s’ajoutent les effets de la pandémie du coronavirus qui a plombé l’économie mondiale. A travers la relance timide des activités, facteur exogène pouvant concourir au réchauffement des relations entre deux pays, le Togo et le Bénin ont intérêt à se parler. Mais au-delà, l’obligation est faite au plus jeune des deux présidents qui a grand intérêt, à faire le geste envers son aîné. Et pour cause !

Lire aussi : Conseil des ministres : Talon nomme la présidente de la Cour des comptes

Cotonou et Lomé se parler, paix des braves ou stratégie ?

Des deux choses, l’une. Tendre la main à nouveau à Cotonou après la brouille apparaît comme l’ultime solution pour le N1 togolais, qui selon certaines indiscrétions, est dos au mur. Cela tombe sous le sens que l’ancienne conseillères spéciale du président Faure Gnassingbé en prison à Missérété, ressent déjà les méfaits de la geôle. Tel un roseau, Madame Réckya Madougou plie. Mais faudra-t-elle encore combien de temps pour rompre. En tout cas, il coule de source, contrairement aux premières heures, où elle se donnait un courage indien, que l’ancienne garde des sceaux du Bénin est affectée par l’isolement. Et, l’espoir de recouvrer de sitôt sa liberté, s’éclate de jour en jour, telle une bulle de savon, au contact du soleil. De sources ébruitées et selon les médias togolais, Faure Gnassingbé joue des coudes pour aider l’ancienne ministre à recouvrer sa liberté.

Lire aussi : Talon : une confidence du chef de l’Etat sur ‘’Madougou’’ en détention à Missérété

La preuve, mention est faite à son lobbying envers des présidents de la sous-région. Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire, et Macky Sall du Sénégal surtout, à l’effet de convaincre Patrice Talon à lâcher du lest. Dès lors, Faure Gnassingbé est convaincu qu’il est dans l’obligation, peut-être de faire le premier pas publiquement. Même s’il avait l’intention de continuer à donner à Patrice Talon, des coups sous la ceinture. Alors, adresser ses félicitations à l’ex-magnat du coton devient un tremplin pour faire comprendre à Cotonou que Lomé fait désormais table rase du passé.

La fin justifie les moyens. Faure Gnassingbé sait que pour faire fléchir peut-être Patrice Talon, il doit « faire l’âne pour avoir du son ». C’est la nouvelle politique du voisin de l’Est qui égrène mandat après mandat, son séjour à la tête de son pays, depuis 2005.



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook