Afrique

Guinée : l'opposition parle de 30 morts, le climat reste tendu avant la proclamation des résultats

L’investigateur 23/10/2020 à 08:08

En Guinée, les résultats provisoires sont attendus au plan national, mais les violences qui ont suivi le scrutin, confirment la crainte des observateurs avant sa tenue.

A quelques heures de l’annonce des résultats provisoires, une rencontre a eu lieu entre le gouvernement et le corps diplomatique accrédité en Guinée.

Une rencontre au cours de laquelle le gouvernement par la voix de son ministre des Affaires étrangères a laissé entendre que les violences postélectorales sont dues à la déclaration avant l’heure de l’opposant, Cellou Dalein Diallo, proclamant sa victoire.

Lire aussi : Présidentielle 2021 : des personnalités politiques fouettent l’orgueil de Joël Aïvo dans l’ombre

Pour rappel, « le parti d’opposition UFDG a publié mercredi ses propres résultats, en expliquant avoir collecté plus de 84 % des PV des bureaux de vote, grâce à un système à la fois de SMS, de scans des PV et un centre d’appels. Le ministre des Affaires étrangères parle de ce logiciel tombé du ciel et annonce de possibles poursuites judiciaires. », rapporte RFI

Ce jeudi, le QG du parti UFDG à Conakry toujours sous surveillance, a été fermé par une chaîne et un cadenas. Et, à l’opposant Cellou Dalein Diallo de dénoncer « une descente policière musclée » au siège de son parti mercredi soir.

Très prévisible, le gouvernement a fait détacher des militaires aux lieux sensibles. En l’occurrence le rond-point Hamdallaye et au carrefour à l’entrée de cette fameuse route Le Prince, l’axe de concentration des manifestations. Ce dispositif déployé bloque certains habitants chez eux.

Lire aussi : Abomey-Calavi : le couple surpris nu à Ayitchédji, poursuivi sans mandat de dépôt

« Plusieurs zones sont inaccessibles. La plupart des boutiques sont fermées dans le quartier de Hamdallaye, jusqu’au centre-ville de Kaloum, où les entrées sont filtrées par les forces de défense et de sécurité », rapporte le média français. Déjà, des sources parlent de 05 morts en Moyenne Guinée dont le coordinateur du FNDC à Pita.

L’UFDG principal parti d’opposition identifie au moins 3 morts à Conakry, cela pourrait porter à 22 le nombre de décès depuis lundi selon son décompte, rapporte une autre source. Un leader du FNDC parle même de 30 morts. Le gouvernement, de son côté a évoqué 10 morts ce mardi.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer