Bénin

Habib Ahandessi. Le Révolutionnaire dépose les armes et fait profil bas, ses excuses au ministre de l’intérieur autrefois défié

L’investigateur 25/07/2022 à 18:59

Interpellé après son défi lancé aux autorités, le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Alassane Séïdou en l’occurrence, Habib Ahandessi fait désormais profil bas. Au lendemain de son arrestation il a présenté ses excuses publiques aux autorités. Lire son message.

Le ton a baissé. Désormais aux mains de la police pour une garde à vue qui a duré au moins 48 heures déjà, le Révolutionnaire Habib Ahandessi a déposé les armes. « Moi, Habib Ahandéssi (le Révolutionnaire pour les jeunes épris de paix et de justice), je présente mes excuses publiques au ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, monsieur Alassane Séidou, à tous les membres du gouvernement, au président Patrice Talon et au peuple béninois pour ma prise de position sur l’interdiction des activités paramilitaires à l’Université d’Abomey-Calavi. », a-t-il écrit sur sa page facebook.

| Lire aussi : Campus d’Abomey-Calavi : réaction du ministre de l’intérieur à l’ouverture des camps d’entraînement pour former des ‘’étudiants soldats’’

En effet, après le communiqué en date du jeudi 21 juillet 2022, communiqué dans lequel le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Alassane Séïdou demandait aux Associations estudiantines de mettre fin aux milices en cours de création sur le campus d’Abomey-Calavi, Habib Ahandessi, président d’honneur de l’UNSEB est monté au créneau pour défier l’autorité ministérielle. Dans son adresse, il demandait aux étudiants de braver cette interdiction et pire, au président de l’UNSEB de poursuivre les manouvres. « … cette décision est de nul effet et si j’étais le P/UNSEB, je fais sortir la brigade aujourd’hui même », a-t-il écrit au lendemain du communiqué, c’est-à-dire le vendredi 22 juillet 2022. Mais une fois mis aux arrêts pour incitation à la violence, le ton a changé. « Mon intension n’était pas de défier l’autorité du ministre, ni d’inciter à la violence et encore moins à une trouble à l’ordre public comme interpréter par des médias. L’objectif était de démontrer que sans ces démembrements des institutions universitaires, leurs décisions seront peu respectées. La manière d’exprimer cette opinion n’a pas été certainement bonne et c’est pourquoi je présente mes sincères excuses publiques au gouvernement. », admet-il désormais. Toujours en garde à vue, on ne sait pas s’il bénéficiera de la clémence des autorités ou s’il sera présenté au procureur de la Répubblique.

| Lire aussi : UAC : le ministre Séïdou défié après sa décision d’interdiction d’ouverture de camp pour former des ‘’étudiants soldats’’

Rappelons que le communiqué du ministre de l’intérieur Alassane Séïdou fait suite aux informations reçues, selon lesquelles des milices sont créées sur le campus d’Abomey-Calavi par des Associations estudiantines avec comme objectif de former des « étudiants soldats ».



Société


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer