Communales 2020

Hounkpè et Cie, une opposition silencieuse à Patrice Talon ?

Judicaël C. GBETO 21/05/2020 à 10:56

Troisième derrière les deux machines de guerre de la mouvance, les FCBE conduites par le secrétaire exécutif national (SEN), Paul Hounkpè ont fait l’essentiel. Ils viennent de prouver à Patrice Talon, à travers les résultats obtenus qu’ils étaient capables de faire le job sans les démissionnaires.

Coupées de certains de leurs bras armés, les Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) ont pu réussir à atteindre et même passer la barre des 10% exigés. Contrairement aux autres recalés, l’UDBN et le PRD, Paul Hounkpè s’est jeté à l’eau sans son ancien maître, Boni Yayi, et beaucoup d’autres de ses anciens compagnons de lutte.
Les choses auraient pu se passer autrement pour lui. Ne pas atteindre la barre fixée par les nouveaux textes en vigueur, aurait été assez compliqué pour le forcing fait de se libérer des ailes de son ancien mentor. Les près de 15% réunis équivalent aux 260 sièges décrochés, soit près du triple du « grand » PRD de Me Adrien Houngbédji. Ce qui est relativement une prouesse.

Lire aussi : Bénin/FCBE : « Les camarades malmènent presque Boni Yayi », selon Paul Hounkpè

Il faut rappeler que cette formation qui s’est rendue aux élections communales est loin de ressembler à la grosse artillerie de guerre que constitue la grande famille des FCBE sous Yayi. Beaucoup de ses fils lui ont tourné dos il y a quelques mois.
Cependant, l’absence des figures telles que Valentin Djènontin, Eugène Azatassou, Komi Koutché et l’homme qui incarnait ce parti, l’ancien président de la République, Boni Yayi, a fait que beaucoup ne vendaient plus la peau de ces Cauris nouvelle version chère. Trouver les 10% était le seul défi pour le secrétaire exécutif national Paul Hounkpè et ses commandants. C’est fait. Ils doivent s’estimer heureux d’avoir montré à Patrice Talon et à tous, malgré tout, qu’ils méritent de porter les FCBE, contre toute attente. Ils rentrent ainsi désormais dans le cercle restreint des décideurs pour la présidentielle de 2021. Sont-ils devenus par extraordinaire, une opposition silencieuse au chantre du Nouveau Départ ?



Politique


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook