Fête nationale

Julia Akpaki : « en 60 ans le Bénin a fait son petit bonhomme de chemin »

L’investigateur 1er/08/2020 à 10:49

« L’histoire dira un jour son mot, l’Afrique écrira sa propre histoire »
Tel était le message de Patrice LUMUMBA (dans la dernière lettre à sa femme).

L’Afrique, en tout cas pour celle qui, s’est levée tôt ; a su prendre son destin en main afin de jaillir de l’ombre et se hisser dans le concert des grandes Nations.

En marge de cette première bataille que fût le rassemblement des éléments épars pour une mémoire collective, aux fins de retracer et d’écrire l’histoire Africaine ; des têtes bien pensantes surent tourner leur politique vers un réel développement.

Lire aussi : Coronavirus au Bénin : de nouveaux cas de décès enregistrés, selon l’OMS

Ainsi, les questions sur l’agriculture, l’éducation, les arts, la construction d’autres infrastructures ; prirent le pas sur les histoires relatives aux guéguerres politiques.

60 années de souveraineté nationale ; on put dire que le Bénin tant bien que mal, a fait son petit bonhomme de chemin et a étonné par son ingéniosité.

Mais, la nouvelle page de son histoire va sombrer quand soudainement, les intérêts personnels et égoïstes vont laisser libre cour à une barbarie et tyrannie sans précédent.

Doit-on dire que cet enfant brillant de l’Afrique est victime d’un mauvais sort ?

La réponse sera sans doute " par qui ? "

Le Bénin, cette terre jadis, en route pour le développement se doit cette résilience de politique subjective pour porter à sa tête, les hommes intègres, porteurs de vision et soucieux du bien-être collectif.

Lire aussi : Faits Divers : Kétou, les 1ers témoignages des amis au candidat au Bac, retrouvé mort

Consciente que, rien de potable ne peut se faire, se construire dans l’exclusion d’une classe donnée ; qu’on ne bâtit rien dans la division, la haine, et la terreur ; il faille donc ramener l’État de droit où, de nouvelles bases seront jetées où, nous repenserons notre système éducatif totalement paralysé, notre justice fragilisée.

Il nous faut redresser et rhabiller notre tissu social pour que du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, notre drapeau chante l’aurore d’un Bénin nouveau.

Oui, nous le pouvons !

Le pouvoir de notre démocratie réside dans la détermination et l’engagement de chacun.

Le Bénin mérite mieux et tous, devons apporter notre caution aux fins de relancer notre économie vassalisée, tournée vers un clan.

Enfant du Bénin debout.
Bonne fête de l’indépendance
Julia AKPAKI




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook