Parrainage : Amoussou révèle les origines d’un « système » qui alimente la polémique

L’investigateur 16/01/2021 à 15:16

En réunion dans un hôtel de la ville de Cotonou ce samedi 16 janvier 2021, les barrons de l’Union Progressiste se pencheront sans doute sur le choix de leur candidat à la présidentielle d’avril prochain. A l’occasion, le président du parti, Bruno Amoussou a révélé les origines du parrainage des candidats à la présidentielle. Un sujet qui polarise les attentions.

A quelques mois de la tenue de l’élection présidentielle, l’un des sujets, au centre du débat politique au Bénin reste le parrainage. Pour l’opposition, il s’agit d’un moyen d’exclusion d’une partie de la classe politique. Alors que le camp d’en face, lui par contre rétorque en disant que ce système est voulu par la classe politique il y a bien longtemps.

Lire aussi : Bénin  : les grands axes du projet de société de Daniel Edah, candidat à la présidentielle

A en croire le président de l’Union Progressiste, Bruno Amoussou qui délivrait tout à l’heure, son allocution dans le cadre de la réunion du bureau politique de son parti, le système de parrainage est bien envisagé depuis 2012 par une la classe politique. « Voulant soustraire la convocation du corps électoral aux manœuvres politiciennes nous avions recommandé que la fixation de la date des élections puissent se faire par une loi. C’était en 2012. Quant aux élections présidentielles, nous avions dit que la fonction présidentielle mérite respect. Tout candidat devrait bénéficier du soutien d’une frange organisée de la population avant de prétendre représenter l’ensemble de la nation. La candidature à la fonction présidentielle ne saurait être une affaire strictement individuelle. Elle doit être portée par une opinion significative et organisée, d’où le parrainage », a déclaré Bruno Amoussou.

Lire aussi : Fcbe  : Hounkpè répond à Yarou qui souhaite l’annulation de la candidature d’Aboubakar Yaya

Selon ses propos, ‘’l’encouragement d’une telle initiative sur le parrainage est venu après l’alternance de 2016 pour organiser et mettre en œuvre, toutes les réformes envisagées en 2012 ».

Mais à quelques mois de la présidentielle, la polémique enfle au sujet de cette loi sur le parrainage. Car, une frange de l’opposition qui n’a pas pu prendre part aux législatives d’avril 2019 pour une raison ou une autre, a du mal à s’octroyer de parrains. Or, le nouveau code exige de tout candidat, 16 parrains tous des (maires et/ou députés).




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook