Bénin

Présidentielle 2021 : voici ce qui peut opposer Bertin Koovi à Candide Azannaï

L’investigateur 21/12/2020 à 14:38

L’opposition n’entend pas boycotter la présidentielle de 2021. Elle est prête pour affronter tout candidat de la mouvance présidentielle. Seulement, elle pose une condition.

Bertin Koovi a annoncé ce lundi dans une publication que le boycott de la présidentielle de 2021 ne sera pas au menu des stratégies de l’opposition. Elle va tout mettre en œuvre pour participer à la compétition. Seulement, Bertin Koovi, exilé politique en Bolivie fait une exigence avant toute élection.

Lire aussi : Football  : l’attaquant portugais, Cristiano Ronaldo remporte un nouveau prix

« Il faut que les doléances des femmes des nos marchés soient mis en pratique », écrit le président de l’Alliance Iroko. Les femmes, en effet, avaient marché sur toute l’étendue du territoire national pour exiger l’annulation du parrainage et l’ouverture des élections. L’ancien candidat malheureux à la présidentielle 2016 pense qu’au-delà des femmes, les décisions de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples doivent être respectées pour que l’opposition participe à la présidentielle.

Il soutient fermement que dans les conditions actuelles, les dés sont pipés et qu’aucun candidat de l’opposition ne saurait remporter face au candidat de la mouvance. Il en veut pour preuve, les cas de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Congo et autres. Il est convaincu que tous les organes en charge de l’organisation des élections sont aux ordres du pouvoir. Ainsi, l’opposition ne peut remporter même si dans les urnes, elle arrive à battre l’adversaire. Si les conditions sont réunies, l’opposition pourra mettre en branle ses stratégies pour renverser la tendance actuelle.

Lire aussi : Recrutement à la justice : les 02 dames qui ont fraudé chez le procureur demain

Contrairement à l’avis de Bertin Koovi, l’un des opposants les plus farouches à Talon, Candide Azannaï quant à lui, soutient qu’il n’est pas question d’aller aux élections avant de désosser le régime et son chantre. Appartenant tous deux à l’opposition, il est vrai que les deux sur certains points, pourraient se rejoindre. Mais seule, la résistance demeure le salut du peuple pour une alternance en 2021, soutient l’ancien ministre délégué auprès du président, chargé de la défense nationale, Candide Azannaï.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook