Bénin

Scrutin du 11 avril : l’ex-ministre Rogatien Biaou se prononce sur le processus électoral en cour

L’investigateur 24/02/2021 à 18:55

D’une tendance sans équivoque contraire à celle du régime en place et de ses laudateurs, l’ancien ministre des affaires étrangères, Rogatien Biaou s’est prononcé sur l’actualité et conclut que le contexte ne s’y prête point pour aller aux élections.

Pour l’ancien diplomate, « La convocation du corps électoral le 11 Avril est une violation de la constitution ». Car, selon l’ex-ministre Rogatien Biaou qui continue de faire foi à l’ancienne constitution révisée, le corps électoral doit être convoqué 50 jours avant la fin du mandat du président en exercice. Or dans le cas actuel, cette convocation est intervenue « … une semaine après la fin du mandat. Donc c’est clair, cette élection ne peut pas avoir lieu », soutient l’ancien ambassadeur à Washington.

Lire aussi : Madougou à la Criet : controverse autour de la convocation de l’ancienne ministre

A la faveur des travaux entrant dans le cadre de la commémoration de la constitution de 1990, rapporte Bwt, l’ex-ministre des affaires étrangères, Rogatien Biaou, a estimé « qu’il ne saurait avoir élection dans le contexte actuel sans une assise nationale ».
Comme arguments, il évoque « les assises nationales » avant toute élection. “Si nous ne restaurons pas la démocratie, l’Etat de droit et les libertés fondamentales, il n’y aura pas d’élection. Donc les 20 candidats pour l’élection présidentielle, c’est ceux qui vont sortir des assises “, a-t-il précisé. Profitant de l’occasion pour clarifier que le processus en cours est non avenu.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook