Afrique

Tanzanie : une bousculade provoque 45 morts lors des hommages à John Magufuli, décédé

L’investigateur 30/03/2021 à 10:11

Des dizaines de personnes ont trouvé la mort au stade Uhuru de Dar es-Salaam, où a été exposé le corps du président défunt, John Magufuli, ce 21 mars 2021.

« Il y avait beaucoup de gens qui voulaient entrer dans le stade et certains n’étaient pas patients. Ils ont forcé l’entrée et cela a causé une bousculade. Quarante-cinq personnes sont mortes dans l’accident », a déclaré à l’AFP Lazaro Mambosasa, commandant de la police régionale de Dar es-Salaam.

Lire aussi : Athlétisme  : la Fba fait la revue de ses troupes avant les prochains championnats nationaux

Selon l’AFP cinq personnes, une femme et quatre enfants, avaient trouvé la mort, rapporte au média, un membre de leur famille qui avait indiqué qu’une sixième personne était également portée disparue.

« Ce bilan inclut cinq personnes d’une même famille », a confirmé Lazaro Mambosasa, ajoutant que 37 personnes ont également été blessées, dont la majorité ont quitté l’hôpital.

En effet, des jours après l’annonce du décès de John Magufuli, le 17 mars, des dizaines de milliers de Tanzaniens s’étaient rendus au stade Uhuru de Dar es-Salaam, où son corps était exposé.
Avant qu’une immense foule dans la journée, ne prenne d’assaut un terminal de l’aéroport au départ du cercueil vers la capitale, Dodoma, où se tenaient le lendemain des funérailles nationales.Le corps avait été ensuite transporté notamment sur l’archipel semi-autonome de Zanzibar et dans la ville de Mwanza. John Magufuli a été enterré vendredi dans sa ville natale de Chato (nord-ouest).

Lire aussi : Tennis de table : les meilleurs s’illustrent à la 5e édition du tournoi « Ping Docteurs »

Le chef de l’Etat, âgé de 61 ans, est officiellement décédé de problèmes cardiaques dont il souffrait depuis une dizaine d’années, à en croire les autorités.

Ce que l’opposition réfute. Pour cette dernière, le président au pouvoir depuis 2015, a banalisé la pandémie du coronavirus et pour cela, il n’a pris aucune mesure. Ironie du destin, c’est la même pandémie qui l’a emporté.

Conformément à la Constitution, sa vice-présidente Samia Suluhu Hassan a pris sa succession, devenant la première femme à diriger la Tanzanie.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook