Monde

USA : ce qu’ont fait Facebook et Twitter pour maîtriser la situation et les réactions à l’international

L’investigateur 7/01/2021 à 13:55

Dans l’invasion du Capitole par des partisans de Donald Trump, les réseaux sociaux en l’occurrence Facebook, Twatter et YouTube ont joué un rôle capital dans le but d’éviter l’implosion. Au-delà, il y a eu des réactions à l’international pour dénoncer le désordre.

Les réseaux sociaux face aux violences au Capitole

Twitter
Twitter a indiqué mercredi qu’il réduisait la portée des messages encourageant les actes violents en cours au Capitole qui ont interrompu la séance consacrée à la certification des résultats de la présidentielle.

Lire aussi : Bénin  : les députés se prononcent sur la fin du Franc CFA au parlement

Ces tweets "ne pourront pas être retweetés ou +aimés+, et on ne pourra pas y répondre", a précisé le réseau social qui avait déjà pris de nombreuses mesures pour encadrer les échanges pendant une élection sous tension.

Facebook
Facebook a retiré mercredi une vidéo du président sortant Donald Trump qui appelait ses partisans en train de prendre d’assaut le Capitole à "rentrer chez eux" mais où il déclarait aussi que l’élection avait été "volée".

"C’est une situation d’urgence et nous prenons des mesures d’urgence appropriées, y compris le retrait de la vidéo du président Trump (...) qui, au final, contribue au risque de violence au lieu de le diminuer", a expliqué Guy Rosen un des vice-présidents du groupe, en charge de l’intégrité de la plateforme.

YouTube
YouTube a aussi retiré cette vidéo selon le site spécialisé The Verge.

Lire aussi : Bénin  : Spacetel Bénin (Mtn) condamné à payer une faramineuse somme au trésor public

Violences au Capitole : les réactions internationales
"Honteuses", "choquantes", "préoccupantes" : les violences qui se sont produites mercredi soir à Washington, avec l’irruption de manifestants pro-Trump au Capitole, ont été condamnées par les dirigeants mondiaux, qui ont dénoncé une "attaque contre la démocratie" et appelé au respect du résultat de l’élection présidentielle.

Voici les principales réactions :

Royaume-Uni
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé des "scènes honteuses", et appelé à une transition "pacifique et ordonnée" du pouvoir vers le démocrate Joe Biden.

"Rien ne peut justifier ces tentatives violentes pour faire échouer la transition légale et conforme du pouvoir", a jugé de son côté le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab.

Allemagne
Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a appelé les partisans de Donald Trump à "cesser de piétiner la démocratie", ajoutant que "les paroles incendiaires se muent en actions violentes".

Lire aussi : Bénin  : les députés se prononcent sur la fin du Franc CFA au parlement

Le ministre des Finances et vice-chancelier Olaf Scholz a condamné les "images inquiétantes" de Washington, dénonçant "une attaque insupportable contre la démocratie".

France
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a condamné "une atteinte grave contre la démocratie". "La volonté et le vote du peuple américain doivent être respectés", a-t-il ajouté.

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a envoyé pour sa part ses "pensées démocratiques et amicales" aux parlementaires américains empêchés de siéger après l’irruption des manifestants pro-Trump.

Union européenne
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a dénoncé un "assaut inédit contre la démocratie américaine" et appelé au respect du résultat de l’élection présidentielle.

"Assister aux scènes de ce soir à Washington est un choc. Nous comptons sur les Etats-Unis pour permettre un transfert de pouvoir pacifique à Joe Biden", a déclaré pour sa part le président du Conseil européen Charles Michel sur Twitter.

Lire aussi : Djogbénou  : son institution vide les recours contre le parrainage à la présidentielle demain

Le président du Parlement européen David Sassoli a, lui, qualifié de "profondément préoccupantes" les scènes qui se sont déroulées au Capitole. "Les votes démocratiques doivent être respectés", a-t-il ajouté.

Otan
Le chef de l’Otan Jens Stoltenberg a dénoncé des "scènes choquantes", et appelé au respect du résultat de la présidentielle remportée par Joe Biden.

Irlande
Le Premier ministre irlandais Micheal Martin a rappelé "le lien profond" de son pays avec les Etats-Unis, disant observer les événements à Washington avec "beaucoup d’inquiétude et de consternation".

"Scènes choquantes et profondément tristes à Washington DC, que l’on doit nommer pour ce qu’elles sont : une agression délibérée de la démocratie par un président sortant et ses supporters", a condamné le ministre des Affaires étrangères irlandais Simon Coveney.

Lire aussi : Bénin  : modification des heures de prières musulmanes suite aux nouveaux horaires dans l’administration

Pays-Bas
Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a qualifié d’"horribles" les images de Washington, et appelé Donald Trump à "reconnaître Joe Biden comme le futur président aujourd’hui".

Norvège
"Ce que l’on voit en ce moment à Washington est une attaque totalement inacceptable contre la démocratie aux Etats-Unis. Le président Trump a la responsabilité d’arrêter cela. Images effrayantes, incroyable que ce soit les Etats-Unis", a réagi la Première ministre norvégienne Erna Solberg.
Source : TV5 MONDE



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer



Dernières publications





Facebook