Décentralisation

Bénin : des élus communaux de la 3ème mandature bientôt devant la Criet ?

Judicaël C. GBETO 8/06/2020 à 06:52

Dans son élan de faire rendre gorge, le gouvernement Talon n’a pas attendu la fin de l’installation de tous les conseils communaux avant d’instruire les 12 Préfets du Bénin d’interdire aux nouveaux maires élus d’engager des dépenses financières.

C’est donc par voie de presse que le gouvernement s’est adressé aux préfets de tous les départements du Bénin, vendredi 05 juin dernier. Alassane Seïdou, ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale a interdit aux maires les recrutements, nominations et surtout engagements financiers. Un proverbe africain est clair, « c’est la façon dont vous faites votre lit que vous dormez ».

Lire aussi : Angela  : agacée, la journaliste répond en 7 mn 23 secondes aux critiques contre sa personne

Le trop grand rapprochement avec le pouvoir d’État peut non seulement être un avantage, mais il est évident qu’il soit aussi une situation de risques perpétuels. Si l’un entraîne l’autre, ou si les uns entraînent l’autre, alors l’interdiction de Recrutement et celle de Nomination entraînent celle relative aux engagements Financiers. Qui dit Finances dans les administrations, dit argent du contribuable. Qui dit argent du contribuable, dit possible contrôle, audits, risque de malversations, dit enfin CRIET. Patrice Talon vient de donner de l’insomnie aux élus de la 3ème mandature. Il a mis fin à l’euphorie d’après élections et ouvert la boîte de Pandore...

Ce qui s’annonce en douce n’est pas du tout joli à vivre ....
Pour réussir son travail d’assainissement sans être dérangé, tout a été mis en œuvre pour que presque tous les maires de la 3eme mandature quittent leur poste. De Parakou à Cotonou en passant par Abomey-Calavi, Bohicon (en cours) et Porto-Novo, les visages sont nouveaux. Le terrain est ainsi bien déblayé pour s’activer.

Lire aussi : Bénin/décentralisation : Une déclaration des élus communaux UP de Malanville remet en cause le code électoral

Pour précision, le ministre de tutelle Alassane Seïdou, à travers un message-radio référencé n°433/MDGL/SGM/SP-CONAFIL/SD a demandé aux préfets des départements du pays de veiller à la suspension des engagements financiers, les primes de mandatement et les engagements juridiques à l’exception des opérations relatives aux dépenses obligatoires que sont les salaires, les factures d’eau, d’électricité, l’état civil et les frais financiers éventuels dont le paiement arrive à échéance. Par ce Communiqué, le gouvernement Talon veux voir clair dans la gestion de la précédente mandature. Vu la façon dont certains maires, conseillers, Chefs d’arrondissements, et autres, se sont amusés avec la gestion de leur commune, il est bien normal que des points officiels soient faits aux populations.

Lire aussi : Covid-19 : voici la lettre de 100 universitaires et écrivains du continent aux dirigeants

Et sachant que dans ces genres de cas, les audits ont souvent révélé des cas de malversations, alors certains élus du mandat écoulé seraient bons pour la prison. Alors réélu ou pas, les choses risquent d’être difficiles pour ceux qui s’étaient amusés avec les sous des communes.
De sources digne de foi, qu’on soit proche du président de la République ou pas, la sentence sera la même. A suivre...




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook