Afrique/pandémie

Covid-19 : voici la lettre de 100 universitaires et écrivains du continent aux dirigeants

L’investigateur 1er/05/2020 à 10:42

100 universitaires et écrivains de premier rang ont écrit une lettre ouverte aux dirigeants africains, appelés à gouverner avec compassion et à considérer la crise comme une opportunité pour un changement radical dans leur méthode de gouvernance, rapporte le site magazinedelafrique.

Les menaces qui pèsent sur le continent africain en ce qui concerne la propagation du COVID-19 exigent notre attention individuelle et collective. La situation est critique. Il ne s’agit pourtant pas d’atténuer une autre crise humanitaire « africaine » mais de diffuser les effets potentiellement néfastes d’un virus qui a ébranlé l’ordre mondial et remis en cause les bases de notre vivre ensemble.

La pandémie de coronavirus met à nu ce que les classes moyennes aisées des villes africaines ont jusqu’à présent refusé d’affronter. Au cours des dix dernières années, divers médias, intellectuels, politiciens et institutions financières internationales se sont accrochés à l’idée d’une Afrique en mouvement, de l’Afrique comme nouvelle frontière de l’expansion capitaliste ; une Afrique sur la voie de « l’émergence » avec des taux de croissance qui font l’envie des pays du Nord. Une telle représentation, répétée à volonté au point de devenir une vérité reçue, a été déchirée par une crise qui n’a pas entièrement révélé l’étendue de son potentiel destructeur. Dans le même temps, toute perspective d’un multilatéralisme inclusif - apparemment maintenu en vie par des années de conclusion de traités - est interdite. L’ordre mondial se désagrège sous nos yeux, laissant place à une lutte géopolitique vicieuse. Le nouveau contexte de guerre économique de tous contre tous exclut pour ainsi dire les pays du Sud global. On nous rappelle encore une fois leur statut pérenne dans l’ordre mondial en devenir : celui de spectateurs dociles.

Lire aussi : Madagascar  : une punition cocasse pour les désobéissants à la règle du port de masque

Comme une tempête tectonique, la pandémie de COVID-19 menace de briser les fondements d’États et d’institutions dont les défaillances profondes sont ignorées depuis trop longtemps. Il est impossible de les énumérer, il suffit de mentionner le sous-investissement chronique dans la santé publique et la recherche fondamentale, les réalisations limitées en matière d’autosuffisance alimentaire, la mauvaise gestion des finances publiques, la priorisation des infrastructures routières et aéroportuaires au détriment du bien-être humain - étant. Tout cela a en effet fait l’objet d’une abondante recherche spécialisée, sauf qu’il semble avoir échappé à l’attention dans les sphères de gouvernance du continent. La gestion de la crise en cours constitue une preuve éclatante de cet écart.

Sur la nécessité de gouverner avec compassion

Adoptant le modèle tout-sécuritaire de « confinement » des pays du Nord - souvent sans grand soin de contextes spécifiques - de nombreux pays africains ont imposé un verrouillage brutal à leurs populations ; ça et là, la violation des mesures de couvre-feu a été violée par la police. Si ces mesures de confinement ont rencontré l’accord de classes moyennes à l’abri des conditions de vie surpeuplées et que certaines ont la possibilité de travailler à domicile, elles se sont avérées punitives et perturbatrices pour ceux dont la survie dépend des activités informelles.

Soyons clairs : nous ne préconisons pas un choix impossible entre sécurité économique vs sécurité sanitaire mais nous tenons à insister sur la nécessité pour les gouvernements africains de prendre en compte la précarité chronique qui caractérise la majorité de leurs populations. Pourtant, en tant que continent qui connaît les épidémies de pandémie, l’Afrique a une longueur d’avance dans la gestion des crises sanitaires à grande échelle. Cependant, il devrait se préparer à la complaisance.

Ici et là, les organisations de la société civile ont fait preuve d’une grande solidarité et créativité. Malgré le grand dynamisme des acteurs individuels, ces initiatives ne sauraient en aucun cas compenser le manque de préparation chronique et les déficiences structurelles que les États eux-mêmes devront atténuer. Plutôt que de rester les bras croisés et d’attendre une meilleure fortune, nous devons nous efforcer de repenser la base de notre destin commun à partir de notre propre contexte historique et social spécifique et des ressources dont nous disposons.

Lire aussi : Bénin : Les grandes décisions du conseil des ministres de ce mercredi 29 avril

Nous croyons que « l’urgence » ne peut pas et ne doit pas constituer un mode de gouvernance. Il faut au contraire être saisi par l’urgence réelle, qui est de réformer les politiques publiques, de les faire travailler en faveur des populations africaines et selon les priorités africaines. Bref, il est impératif de mettre en avant la valeur de chaque être humain quel que soit son statut, au-delà de toute logique de profit, de domination ou de prise de pouvoir.

Au-delà de l’état d’urgence

Les dirigeants africains peuvent et doivent proposer à leurs sociétés une nouvelle idée politique de l’Afrique. Car c’est une question de survie, fondamentalement, et non pas une affaire de rhétorique. De sérieuses réflexions s’imposent sur le fonctionnement des institutions étatiques, sur la fonction d’un État et la place des normes juridiques dans la répartition et l’équilibre des pouvoirs. Ceci est mieux réalisé sur la base d’idées adaptées aux réalités à travers le continent. La réalisation de la deuxième vague de notre indépendance politique dépendra de la créativité politique ainsi que de notre capacité à prendre en charge notre destin commun. Une fois encore, divers efforts isolés portent déjà leurs fruits. Ils méritent d’être écoutés, débattus et largement encouragés.

En outre, le panafricanisme a également besoin d’un nouveau souffle. Il doit être concilié avec son inspiration d’origine après des décennies de lacunes. Si les progrès de l’intégration continentale ont été lents, la raison tient en grande partie à une orientation éclairée par l’orthodoxie du libéralisme de marché. En conséquence, la pandémie de coronavirus révèle le déficit d’une réponse continentale collective, tant dans la santé que dans d’autres secteurs. Plus que jamais, nous appelons les dirigeants à réfléchir à la nécessité d’adopter une approche concertée des secteurs de gouvernance liés à la santé publique, à la recherche fondamentale dans toutes les disciplines et aux politiques publiques. Dans le même esprit, la santé doit être conçue comme un bien public essentiel, le statut des agents de santé doit être amélioré, les infrastructures hospitalières doivent être améliorées à un niveau permettant à tout le monde, y compris les dirigeants eux-mêmes, de recevoir un traitement adéquat en Afrique. L’incapacité à mettre en œuvre ces réformes serait cataclysmique.

Cette lettre est un petit rappel, une réitération de l’évidence : le continent africain doit reprendre son destin en main. Car c’est dans les moments les plus éprouvants qu’il faut explorer des orientations nouvelles / innovantes et adopter des solutions durables.

La présente lettre s’adresse aux dirigeants de tous horizons ; aux peuples d’Afrique et à tous ceux qui se sont engagés à repenser le continent. Nous les invitons à saisir l’opportunité de la crise des coronavirus pour conjuguer leurs efforts pour repenser un État africain au service du bien-être de sa population, rompre avec un modèle de développement basé sur le cercle vicieux de l’endettement, rompre avec le vision orthodoxe de la croissance pour la croissance et du profit pour le profit.

Le défi pour l’Afrique n’est rien moins que la restauration de sa liberté intellectuelle et de sa capacité de créer - sans laquelle aucune souveraineté n’est concevable. C’est rompre avec l’externalisation de nos prérogatives souveraines, renouer avec les configurations locales, rompre avec l’imitation stérile, adapter la science, la technologie et la recherche à notre contexte, élaborer des institutions sur la base de nos spécificités et de nos ressources, adopter un cadre de gouvernance inclusif et un développement endogène, pour créer de la valeur en Afrique afin de réduire notre dépendance systémique.

Lire aussi : Talon  : le chef de l’Etat attristé par le décès du Prince et Grand Maître de l’Ordre de Malte

Plus important encore, il est essentiel de se rappeler que l’Afrique dispose de ressources matérielles et humaines suffisantes pour construire une prospérité partagée sur une base égalitaire et dans le respect de la dignité de chacun. Le manque de volonté politique et les pratiques extractives des acteurs extérieurs ne peuvent plus servir d’excuse à l’inaction. Nous n’avons plus le choix : nous avons besoin d’un changement radical de direction. C’est le moment !

Signé par :
Wole Soyinka (Prix Nobel de littérature 1986)
Makhily Gassama (Essayiste)
Cheikh Hamidou Kane (écrivain)
Odile Tobner (Librairie des Peuples Noirs, Cameroun)
Iva Cabral (fille d’Amilcar Cabral, Université de Mindelo)
Olivette Otele (Université de Bristol)
Boubacar Boris Diop (Université américaine du Nigéria)
Siba N’Zatioula Grovogui (Université Cornell)
Véronique Tajdo (écrivain)
Francis Nyamnjoh (Université du Cap)
Ibrahim Abdullah (Fourah Bay College)
Sean Jacobs (La nouvelle école)
Oumar Ba (Morehouse College)
Maria Paula Meneses (Université de Coimbra)
Amadou Elimane Kane (Institut panafricain de la culture et de la recherche)
Inocência Mata (Université de Lisbonne)
Anthony Obeng (Institut africain de développement économique et de planification)
Aisha Ibrahim (Fouray Bay College)
Makhtar Diouf (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Koulsy Lamko (écrivain)
Mahamadou Lamine Sagna (Université américaine du Nigéria)
Carlos Nuno Castel-Branco (économiste, Mozambique)
Touriya Fili-Tullon (Université de Lyon 2)
Kako Nubupko (Université de Lomé)
Rosania da Silva (Fondation universitaire pour le développement de l’éducation)
Amar Mohand-Amer (CRASC, Oran)
Mame Penda Ba (Université Gaston Berger de St Louis)
Medhi Alioua (Université internationale de Rabat)
Rama Salla Dieng (Université d’Édimbourg)
Yoporeka Somet (philosophe, égyptologue, Burkina Faso)
Gazibo Mamoudou (Université de Montréal)
Fatou Kiné Camara (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Jonathan Klaaren (Université du Witwatersrand)
Rosa Cruz e Silva (Université Agostinho Neto)
Ismail Rashid (Collège Vassar)

Lire aussi : Communales 2020 : Claudine Prudencio parle des signes annonciateurs d’une victoire de l’UDBN

Abdellahi Hajjat (Université libre de Bruxelles)
Maria das Neves Baptista de Sousa (Université Lusíada de São Tomé e Príncipe)
Lazare Ki-Zerbo (philosophe, Guyane)
Lina Benabdallah (Université de Wake Forest)
Iolanda Evora (Université de Lisbonne)
Kokou Edem Christian Agbobli (Université du Québec à Montréal)
Opeyemi Rabiat Akande (Université Harvard)
Lourenço do Rosário (Université polytechnique du Mozambique)
Issa Ndiaye (Université de Bamako)
Yolande Bouka (Université Queen’s)
Adama Samaké (Université Félix Houphouët Boigny)
Bruno Sena Martins (Université de Coimbra)
Charles Ukeje (Université d’Ile Ife)
Isaie Dougnon (Université Fordham)
Cláudio Alves Furtado (Université fédérale de Bahia, Université du Cap-Vert)
Ebrima Ceesay (Université de Birmingham)
Rita Chaves (Université de São Paulo)
Benaouda Lebdai (Université du Mans)
Guillaume Johnson (CNRS, Paris-Dauphine)
Ayano Mekonnen (Université du Missouri)
Thierno Diop (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Mbemba Jabbi (Université du Texas)
Abdoulaye Kane (Université de Floride)
Muhammadu MO Kah (Université américaine du Nigéria et Université de Gambie)
Alpha Amadou Barry Bano (Université de Sonfonia)
Yacouba Banhoro (Université de Ouaga 1 Joseph Ki-Zerbo)
Dialo Diop (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Rahmane Idrissa (Centre d’études africaines, Leiden)
El Hadji Samba Ndiaye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Benabbou Senouci (Université d’Oran)
José Luís Cabaco (Universidade Técnica de Moçambique)
Mouhamadou Ngouda Mboup (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Hassan Remanoun (Université d’Oran)
Salif Diop (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Narciso Matos (Université polytechnique du Mozambique)
Mame Thierno Cissé (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Demba Moussa Dembélé (ARCADE, Sénégal)
Many Camara (Université d’Angers)
Ibrahima Wane (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Thomas Tieku (King’s University College, Western University)
Jibrin Ibrahim (Centre pour la démocratie et le développement)
El Hadji Samba Ndiaye (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
José Luís Cabaço (Université technique du Mozambique)
Firoze Manji (Daraja Press)
Mansour Kedidir (CRASC, Oran)
Abdoul Aziz Diouf (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Mohamed Nachi (Université de Liège)
Alain Kaly (Université fédérale rurale de Rio de Janeiro)
Last Dumi Moyo (Université américaine du Nigéria)
Hafsi Bedhioufi (Université de Manouba)
Abdoulaye Niang (Université Gaston Berger de Saint-Louis)
Robtel Neajai Pailey (Université d’Oxford)
Slaheddine Ben Frej (Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis)
Victor Topanou (Université d’Abomey-Calavi, Bénin)
Paul Ugor (Illinois State University)
Djibril Tamsir Niane (écrivain)
Laroussi Amri (Université de Tunis)
Sébastien Périmony (Solidarité et Progrès de Jacques Cheminade)
Karine Ndjoko Ioset (Université de Wuerzburg et Université de Lubumbashi)
Maguèye Kassé (Université Cheikh Anta Diop de Dakar)
Lionel Zevounou (Université Paris Nanterre)
Amy Niang (Université du Witwatersrand)
Ndongo Samba Sylla (économiste, Sénégal)

Lire aussi : Communales 2020 : Amoussou lance la campagne électorale sur fond de souvenir



Inter


 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

Dernières publications





Facebook