Actualité

Bénin : la CBDH fait son bilan et évoque 05 morts dus aux violences électorales dans son rapport

L’investigateur 22/12/2021 à 20:35

Dans son rapport 2020-2021, la Commission Béninoise des Droits de l’Homme (CBDH) n’a pas occulté les violences électorales, observées pendant la présidentielle d’avril 2021

Les violences électorales de la présidentielle d’avril 2021 auraient engendré des morts (05), à en croire les informations recueillies et vérifiées par la CBDH. « Au moins cinq (05) pertes en vies humaines dont au moins trois (03) dans la commune de Bantè et au moins deux (02) dans la commune de Savè. Certaines victimes tuées par les balles des Forces de défense et de sécurité ont pu être inhumées ». L’institution fait savoir dans son rapport que « deux (02) corps n’ont jusqu’à ce jour pas été remis aux familles qui les réclament pour les cérémonies funéraires ». Par contre du côté des forces armées, la CBDH soutient qu’elle n’a enregistré aucun décès.

Toutefois, elle condamne ses violences. « La Commission déplore et condamne les violences électorales qui deviennent récurrentes depuis 2019 et invite les acteurs politiques et tous les protagonistes à trouver des solutions idoines à cette situation qui constitue une grave menace pour la paix sociale dans le pays. », peut-on lire dans son rapport CBDH 2020-2021

« Dans leurs investigations le président Clément Capo-Chichi et son équipe ont pu retrouver les tombes de trois personnes décédées au cours des violences électorales. Il s’agit des tombes de l’étudiant H.A tué à Gouka, de dame P.A tuée à Bantè Centre et du sieur G.T tué à Oké Dama (Bantè) », peut-on lire dans le rapport.

| Lire aussi : Bénin : une collision entre 04 véhicules et une moto a fait plusieurs blessés à Allada

| Lire aussi : Ajavon : une requête de l’opposant jugée irrecevable dans le dossier Tva par la CADHP

| Lire aussi : Bénin Airlines : l’État révèle ses ambitions pour le transport aérien à travers son actionnariat

Dans son rapport également, la CBDH a rappelé le bilan officiel présenté le 14 avril 2021 par l’ex-ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Sacca Lafia. Un bilan qui a fait état des affrontements entre populations et forces de l’ordre. Au terme, on a dénombré vingt et un (21) blessés par balles parmi les agents des Forces de défense et de sécurité ; et des dégâts matériels évalués en milliards de FCFA. Le ministre avait précisé qu’aucun corps n’a été retrouvé et qu’aucune déclaration de décès n’a été enregistrée.

En termes de leçons retenues, la CBDH avoue avoir entrepris des actions pour prévenir les violences de 2021. Elle a échangé avec les différents acteurs impliqués dans le processus électoral pour une élection apaisée. « Au cours de ses rencontres, d’échanges, une attention particulière a été accordée aux instruments nationaux et internationaux des droits de l’Homme et les principes de base sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les différentes autorités en charge de la sécurité et du respect des lois et autres règlements », peut-on également lire dans le rapport.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook